« Quand la guerre entre les héritiers de Nanan Boigny menace la remise de son prix pour la paix »

Le bras de fer politique entre les héritiers de Nanan Boigny menace la remise du prix d’Abiy Ahmed, Prix Félix Houphouët-Boigny pour la paix 2019.

BRAS-DE-FER POLITIQUE. La remise du trophée, célébrant le 30è anniversaire du Prix Félix Houphouët-Boigny pour la recherche de la paix, est placée sous le signe de la malédiction …politique. Le 29 avril 2019, le jury international a désigné le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed Ali lauréat. Les rendez-vous du 25 juin et 22 novembre 2019 pour la cérémonie officielle au siège de l’UNESCO, à Paris, ont avorté.

L’espoir de décerner ce prix à l’occasion du 33è Sommet de l’Union africaine (9 et 10 février 2020), à Addis-Abeba, s’est envolé en fumée. Et le chef du Gouvernement de l’Éthiopie n’a toujours pas reçu son prix.

LIRE AUSSI: Chantages contre Soro : quand Abidjan s’empêtre dans les petits calculs de portée politique

Au centre de ce bras-de-fer qui ne dit pas son nom, un agenda pollué par la politique politicienne …ivoirienne. À sa création, l’initiateur du Prix, Houphouët-Boigny, en a désigné le protecteur et le parrain: Henri Konan Bédié et Abdou Diouf (2è et 3è à partir de la d.).

Mais la guerre entre les héritiers de Nanan Boigny a resurgi. Et les relations entre le protecteur du Prix et le chef de l’État ivoirien, Alassane Ouattara (à g.), ont tourné au vinaigre, faisant, au milieu des crocs-en-jambe, des victimes collatérales.

LIRE AUSSI: Candidat PDCI à la présidentielle 2020 : voici comment les choses vont se passer

Hier alliés au sein du RHDP, ce sont désormais des adversaires jurés. Or, tout indique que l’État ivoirien contribue à l’organisation de la cérémonie, allant jusqu’à prendre en charge les frais de nombreuses personnalités, dont le protecteur du Prix.

De plus, l’on soupçonne Bédié de chercher à transformer cette cérémonie en arène politique, en invitant nombre de ses nouveaux alliés du FPI et de la CDRP. Et c’est la goutte d’eau politique qui ferait déborder le vase.

LIRE AUSSI: Enrôlement CNI : Kyria Doukouré répond aux enseignants du RDR

Et alors, avec la menace d’annulation pure et simple, c’est Abiy A. Ali qui risque de ne pas recevoir son Prix. Face au gâchis, c’est Houphouët-Boigny qui doit encore se retourner dans sa tombe.

Personnalités liées avec l’article