Séguéla: Qui a voulu empêcher l’entrée de Simone Gbagbo à Gbetogo ?

Simone Gbagbo, deuxième vice-présidente du Front Populaire Ivoirien (FPI) effectue en ce moment, une visite à dans la région de Séguéla.

L’accueil réservé à la première Dame Simone Ehivet Gbagbo par les populations de Séguéla, une localité supposée pro RDR, le parti de Alassane Dramane Ouattara, n’a pas du tout été du gout du RDR.

En effet, dans la journée de Lundi 26 Août 2019, en partance pour Gbetogo, village du Secrétaire National Fofana Youssouf, revenu récemment de l’exil, le cortège de Simone Ehivet Gbagbo a été stoppé par des jeunes à 7 Km dudit village exprimant leur hostilité de voir la première dame Simone Gbagbo à Gbetogo. Il a fallu l’intervention de la gendarmerie pour éviter le pire.

A LIRE AUSSI : Mamadou Koulibaly: « avec Ouattara, la Constitution est devenue comme Frat Mat »

Malgré l’intervention de la gendarmerie et insistance de la délégation de la première dame, l’accès au village leur a été refusé par ces jeunes manipulés. Elle n’a donc pas mis pieds dans le village du Président de la ‘’Voix du Nord’’ pour célébrer avec les parents de ce dernierà le retour de leur fils.

En réalité, ce ne sont pas les habitants de Gbetogo qui sont contre la présence de Simone Gbagbo dans leur localité, mais plutôt Amadou Soumahoro dit cimetière et Koné Méssamba l’ex-chef rebelle tout deux fils de la région.

Selon les informations en notre possessions, Koné Méssamba, un ex chef rebelle et fils de Gbetogo a appelé les chefs coutumiers pour leur intimer l’ordre de ne pas recevoir la première dame Simone Gbagbo.

A LIRE AUSSI : Guillaume Soro depuis Paris: « D’ici septembre-octobre quelque chose se passera » en Côte d’Ivoire

Même la direction de la CIE locale qui avait prévu emmener un groupe électrogène aux villageois pour leur permettre de remédier au problème d’électricité afin de bien accueillir leur hôte n’a pas échappé aux menaces du préfet militaire, ancien chef de guerre recompensé par la région de Soubré.

Amadou Soumahoro (cadre du RDR) qui était en meeting à Séguéla samedi dernier, a quant à lui pris soin de mettre en garde les chefs de terre et tous ceux qui avaient l’intention d’accueillir la première Mme Gbagbo dans le Woroba.

C’est sous la menace d’une attaque que la délégation de la VP Simone Gbagbo a quitté ce soir la ville de Séguéla après un brillant meeting qui a eu lieu à la demande des populations de Séguéla.

A LIRE AUSSI : Justin Koua à Agboville: « tu passes le concours d’instituteur adjoint, on regarde ton nom, si ça ne ressemble pas à « Bictogo », tu vas échouer »

Ce comportement d’un autre âge, montre que le parti au pouvoir ne veut pas s’engager dans le processus de normalisation et de réconciliation. Empêcher des leaders des partis politiques de circuler librement sur l’ensemble du territoire ivoirien !!! Il y a donc de quoi à s’inquiéter pour les grandes échéances de 2020.

N’est-il pas temps que l’ensemble de la classe politique ivoirienne prenne toutes ses responsabilités pour imposer la réconciliation à Dramane Ouattara avant les grandes échéances de 2020 pour éviter pertes en vies humaines inutiles ?

Personnalités liées avec l’article