Tanzanie: porté disparu depuis 2017, le journaliste Azory Gwanda déclaré mort ce jeudi

Le ministre des Affaires étrangères de la Tanzanie, a annoncé, le décès du journaliste , porté disparu depuis 2017.

L’organisation dénonce le manque de considération des autorités tanzaniennes dans le traitement de l’affaire et exige que les détails de l’enquête soient rendus publics.

“Où est-il?”, interrogé mercredi dans l’émission “Focus on Africa” de la sur la disparition du journaliste Azory Gwanda, le ministre des Affaires étrangères tanzanien a laissé entendre que le journaliste avait “disparu” et était “mort”.

Paramagamba Kabudi a ajouté que “l’Etat ne s’occupait pas seulement du cas de Azory Gwanda” mais de “ tous ceux qui sont malheureusement morts” dans le district côtier du Rufiji, dans l’Est de la Tanzanie.

A LIRE AUSSI: Eco, Monnaie CEDEAO, métro d’Abidjan… ce que Ouattara a demandé à Macron à Paris

‘’Correspondant pour le journal en Kiswahili, Mwananchi, et de sa version anglaise The Citizen, le journaliste y enquêtait sur des assassinats suspects de fonctionnaires locaux lorsqu’il a disparu le 21 novembre 2017. L’Etat tanzanien n’avait jamais répondu aux nombreuses sollicitations de la société civile dont pour mener une enquête sérieuse sur le sort du journaliste’’, rapporte .

“L’annonce surprise et sans explication du décès de ce journaliste après un an et demi de silence et de minimisation de l’affaire est choquante. Elle illustre le peu de considération des autorités tanzaniennes à l’égard de l’exercice d’un journalisme libre et indépendant en toute sécurité dans le pays”, déclare , responsable du Bureau Afrique de RSF.

A LIRE AUSSI : Côte d’Ivoire: pourquoi Ouattara augmente subitement le budget de la Côte d’Ivoire pour 2020 ?

“Si jamais une enquête a bien été menée par les autorités, nous exigeons que ses conclusions soient rendues publiques. La disparition ou l’assassinat d’un journaliste ne doivent pas rester impunies”, poursuit-il.

La Tanzanie, 118e sur 180 pays, a perdu 25 places dans le Classement mondial de la liberté de la presse établi par RSF en 2019.

Personnalités liées avec l’article