Côte d’Ivoire: pourquoi Ouattara augmente subitement le budget de la Côte d’Ivoire pour 2020 ?

La Côte d’Ivoire a décidé d’augmenter son budget pour 2020 de près de 9,8% pour une enveloppe totale de 8.048,4 milliards de francs CFA.

Le gouvernement ivoirien a annoncé mercredi un budget en hausse de près de 10% à plus de 8.000 milliards FCFA pour les dépenses et principaux domaines d’intervention de l’Etat sur la période 2020-2022.

Budget 2020 Côte d’Ivoire en hausse de 9,8%

« Le budget de l’Etat pour l’année 2020 est prévu pour s’établir en ressources et en charges à 8.048,4 milliards de francs CFA, soit une hausse de 9,8% par rapport au niveau du budget actuel de l’Etat », a annoncé le porte-parole du gouvernement, Tiémoko , au sortir mercredi 12 juin 2019 d’un conseil des ministres.

LIRE AUSSI: Composition CEI: le PDCI et l’EDS se font prier

Ce niveau devrait continuer de s’accroître pour atteindre 9.283,1 milliards de francs CFA en 2022, a-t-il ajouté.

Ce budget qui prend en compte les ressources budgétaires, les projections de dépenses budgétaires et les principaux domaines d’intervention de l’Etat pour les trois prochaines années.

Un budget-programme sur 3 ans

Le gouvernement a décidé de passer dès janvier 2020 du budget annuel au budget-programme élaboré sur une période de trois ans, conformément à une directive de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), en vue d’insuffler une « plus grande cohérence entre les objectifs de développement et les allocations budgétaires de sorte à accroître l’efficacité de la dépense ».

LIRE AUSSI: Reforme CEI : le PDCI « surpris » par les accusations du gouvernement

La programmation budgétaire sur ces trois années prend appui sur les priorités du gouvernement pour l’enseignement, la santé, l’emploi, le logement, l’accès à l’eau potable et à l’électricité avec un accent particulier sur le renforcement de la sécurité et de la lutte contre le grand banditisme.

A en croire le porte-parole du gouvernement, la politique budgétaire de l’Etat sera axée sur l’efficacité du recouvrement des recettes intérieures, la consolidation de la maîtrise des charges de fonctionnement ainsi que la poursuite des politiques de lutte contre la pauvreté et d’investissement en vue d’une croissance économique soutenue, forte et inclusive.