Accusé d’avoir boycotté Bédié à Koun Fao : La réponse d’Adjoumani à ses détracteurs

Kobenan Kouassi Adjoumani et Henri Konan Bédié
Kobenan Kouassi Adjoumani et Henri Konan Bédié

Le ministre et porte-parole du , était absent, ce samedi 5 mai 2018, à la cérémonie d’hommage à , à , dans sa région natale. Voici où il se trouvait, à la même heure et ce qu’il faisait. 

De fait, le ministre des Ressources animales et halieutiques se trouvait au Centre national de recherche agronomique () à Adiopodoumé (Abidjan) avec le président sierra leonais, , en visite en Côte d’Ivoire. Voici le discours qu’il a prononcé à cette occasion.

Excellence Monsieur le Président Julius Maada Bio, président de la République sœur de Sierra Léone, au nom et avec la permission de Son Excellence Monsieur  Alassane Ouattara, président de la République de Côte d’Ivoire et de Son Excellence Monsieur , vice-président de la République de Côte d’Ivoire, j’ai l’insigne honneur de souhaiter  à vous, Excellence et à  la délégation qui vous accompagne, notre traditionnel Akwaba au Centre national de la recherche agronomique (CNRA).

A lire aussi. Accord politique Ouattara – Bédié : Adjoumani a-t-il eu tort d’avoir eu raison trop tôt ?

Excellence, toute la communauté  scientifique de Côte d’Ivoire s’associe à cet Akwaba chaleureux, ici à Adiopodoumé, Siège du CNRA, une structure de recherche de haut niveau qui fait la fierté du monde agricole.

Excellence Monsieur le Président

Dès les premières heures de notre indépendance, le père-fondateur de la Côte d’Ivoire moderne, le Président , avait décidé de faire du secteur agricole, le moteur du développement de notre pays. D’où sa célèbre phrase : « le succès de ce pays repose sur l’agriculture »

En effet, c’est grâce à l’agriculture que la Côte d’Ivoire a réalisé son premier miracle économique. Pour preuve, notre secteur agricole représente 30 % du Produit Intérieur Brut (PIB) et 50 % des recettes d’exportations avec la domination du binôme café-cacao qui fait à lui seul 40 % des recettes d’exportations et contribue à 20% du PIB.

« Nous sommes aujourd’hui 1er producteur mondial de cacao, 1er producteur mondial d’anacarde, 1er producteur africain de caoutchouc naturel et 7 ème rang mondial, 3ème producteur africain d’igname, 6ème producteur africain de manioc »

Au sens plus large, cette agriculture renferme les productions végétales, animales et halieutiques, la foresterie et l’environnement. Elle continue de bénéficier des résultats de nos structures de recherche, en particulier du CNRA.

L’impact significatif de la recherche scientifique sur l’essor du secteur agricole a permis à notre pays d’accomplir des progrès substantiels dans de nombreux domaines.

Ainsi, qu’il s’agisse du domaine des cultures d’exportation ou des cultures pour assurer la sécurité alimentaire, notre pays a réalisé de nombreuses performances – grâce à la recherche scientifique – qui ont hissé notre agriculture au premier plan africain et mondial dans plusieurs domaines.

En effet, nous sommes, aujourd’hui :

‐              1er producteur mondial de cacao, avec 1 950 000 tonnes en 2017 ;

‐              1er producteur mondial d’anacarde, avec 700 000 tonnes 2016 ;

‐              1er producteur africain de caoutchouc naturel et 7 ème rang mondial, avec 600 000 tonnes en 2017 ;

‐              3ème producteur africain d’igname, avec 6 millions de tonnes en 2016 ;

‐              6ème producteur africain de manioc, avec 5 millions de tonnes en 2016.

Excellence Monsieur le Président,

Nous pouvons retenir que notre recherche agronomique nous a permis:

‐              de maîtriser des techniques d’amélioration de productivité, de conservation et de valorisation des produits agricoles ;

‐              d’intensifier des systèmes d’élevage ;

‐              de transférer les acquis de la recherche aux utilisateurs finaux que sont les exploitants agricoles par l’intermédiaire de notre agence nationale spécialisée en la matière,  l’Agence nationale pour de développement rural () ;

‐              et de promouvoir et développer de nouveaux produits valorisables au plan local ou à l’export.

Excellence Monsieur le Président de la République sœur de Sierra Leonne,

Tous ces résultats ont été rendus possibles grâce à la vision d’un homme d’Etat exceptionnel, le président Alassane Ouattara qui, s’inscrivant dans le droit fil du père-fondateur, a compris que même si la Côte d’Ivoire devrait s’orienter dans le sens de la diversification de son économie ainsi que de la transformation structurelle de celle-ci, notre pays ne devrait pas abandonner l’agriculture qui a été le secteur précurseur de son succès économique.

Bien au contraire, le président Alassane Ouattara a initié des politiques et programmes en vue de rendre notre agriculture plus performante. En effet des moyens importants ont été consacrés à la recherche, à l’encadrement des paysans et à l’épanouissement de ceux-ci.

« la Côte d’Ivoire a pu se libérer de certaines importations de denrées d’origines végétales ou animales grâce aux travaux de ses chercheurs »

Monsieur le vice-président de la République, grand serviteur de l’Etat, a été l’un des acteurs clés de la mise en œuvre de cette vision de notre président. Et nous avons été heureux de servir à ses côtés en tant que ministre des Ressources animales et halieutiques.

Excellence monsieur le Président,

Retenons enfin que la Côte d’Ivoire a pu se libérer de certaines importations de denrées d’origines végétales ou animales grâce aux travaux de ses chercheurs qui sont par ailleurs ouverts et habitués à la coopération internationale.

Excellence monsieur le président Julius Maada Bio, président de la République sœur de Sierra Léone, nous ne pouvons clore notre propos sans vous réitérer notre Akwaba et vous souhaiter un très bon séjour dans notre pays qui est aussi vôtre.

L’interview d’Adjoumani qui a fâché Bédié