Une députée RDR prévient : « Le RDR ne quittera le pouvoir qu’en 2050 »

Mariame Traoré, députée RDR de Tingrela
, députée de Tingrela, lors du meeting de Divo

Mariame Traoré, députée du Rassemblement des républicains (RDR) de Tingréla, accessoirement deuxième compagne de l’ex-seigneur de guerre , était en meeting, ce week-end à Divo. Morceaux choisis de son intervention très appréciée par les militants et par de nombreux responsables de la direction du parti, présents.

Moi je ne comprends pas ces petits politiciens (du Parti démocratique de Côte d’Ivoire – PDCI, en l’occurrence Jean-louis Billon et Maurice Kakou Guikahué, NDLR). Sinon au RDR, nous avons des fous, nous avons des folles. C’est le RDR qui est au pouvoir depuis 2010. On a gagné au premier tour en 2010. On ne peut pas comprendre que nous sommes venus trouver une maison sans fenêtre, sans porte, sans lit, etc. Au moment où on a mis la fenêtre, la porte, le lit, etc. et qu’on s’apprête à dormir, on nous dit de quitter ».

« On ne quittera pas. Nous sommes au pouvoir, nous serons au pouvoir. Le RDR restera au pouvoir jusqu’en 2050 »

Reprenant un terme promu par Cissé Bacongo, à savoir la « mangercratie », Mariame Traoré qui a préféré l’expression « dormir », a martelé : « On ne quittera pas. Nous sommes au pouvoir, nous serons au pouvoir. Le RDR restera au pouvoir jusqu’en 2050. Nous serons au pouvoir ! ».

Le discours de Billon qui a mis Kandia Camara en colère

«  a des femmes compétentes pour être ministres, pour être DG, pour être PCA. a des hommes et des femmes capables, pour faire émerger la Côte d’Ivoire, pour le bien des Ivoiriens. Les petits politiciens qui se sont trouvés à Yamoussoukro (à la cérémonie dite d’hommage à Henri Konan Bédié) passent tout leur temps dans l’antichambre d’, pour lui dire de talonner Alassane Ouattara. On appelle ça du chantage. Nous, on n’en veut plus au RDR. Ils sont libres de démissionner des postes qu’on leur a donnés ».

Prince Beganssou

A lire aussi : Bacongo attaque encore, « Guikahué c’est la morgue et la brutalité, Billon un looser »