Abdoulaye Miskine, le chef rebelle centrafricain arrêté au Tchad

Le chef rebelle Abdoulaye Miskine du FDPC a été arrêté à N’Djamena, au Tchad, le mercredi 20 novembre 2019 a annoncé la Centrafrique.

Abdoulaye Miskine, de son vrai nom Martin Koumtamadji, a été arrêté à la frontière entre le Tchad et la Centrafrique, à Harare Mangueigne, et amené à N’Djamena où il a aussitôt été mis aux arrêts à l’Agence Nationale de Sécurité (ANS), a indiqué un responsable tchadien de la sécurité qui a requis l’anonymat.

Figure historique de la rébellion depuis la première guerre civile centrafricaine en 2004, année au cours de laquelle il a créé le FDPC, Abdoulaye Miskine avait, ces derniers temps, perdu de son influence et de son pouvoir sur le terrain, selon des observateurs du conflit.

LIRE AUSSI: Sommet de la Cedeao à Ouagadougou: 500 milliards pour lutter contre le terrorisme

Après avoir rejoint l’ex-rébellion Séléka, une coalition de groupes armés qui avait renversé le régime du président François Bozizé en 2013, il avait signé l’accord de paix de Khartoum du 6 février 2019 entre le gouvernement et 14 groupes armés, par lequel les signataires se partageaient des postes au gouvernement.

Ce chef rebelle avait été nommé à un poste de conseiller dans le nouveau gouvernement centrafricain formé le 5 mars mais « n’a jamais pris ses fonctions », a précisé le porte-parole du Gouvernement centrafricain.

LIRE AUSSI: Le Commandant Fofana Abdoulaye, l’aide de camp de Soro était l’un des premiers porte-paroles du MPCI

Depuis 2013, la Centrafrique est ravagée par les combats entre de nombreuses milices rebelles et les forces gouvernementales, mais aussi entre ces groupes armés eux-mêmes. Depuis lors, près d’un quart des quelque 4,7 millions d’habitants de ce pays ont été contraints de fuir leurs domiciles.

Personnalités liées avec l’article