Abobo, Hamed Bakayoko danse avec ses électeurs : « On vous traite de microbes, vous deviendrez des vitamines »

Hamed Bakayoko célébrant sa victoire à Abobo

A Abobo, Hamed Bakayoko danse avec ses électeurs. A ceux-ci, il a passé un message : « On vous traite de microbes, vous deviendrez des vitamines ».

Samedi 13 octobre 2018 soir jusqu’au petit matin du dimanche 14 octobre 2018 pendant que les autres candidats attendaient impatiemment les résultats de la CEI, Hamed Bakayoko  s’autoproclamant vainqueur, faisait le Show au son de la musique à Abobo devant un public acquis à sa cause.

Alors qu’aucun résultat officiel n’a pour l’heure été rendu public par l’organe en charge des élections (CEI), après une journée de vote mouvementée par endroit jusqu’au sang (Lakota) samedi, le camp du candidat du RHDP unifié qui s’est adonné à fêter dans une commune transformée en discothèque géante. Hamed Bakayoko revendiquait selon ses décomptes, la victoire.

A lire aussi. Grave aveu d’Hamed Bakayoko au Plateau : « Il y a une justice qui est déjà avec » nous, « il ne sert à rien »

Les bras en l’air, comme pour dire merci à Dieu, « Abobolais merci à l’heure où je vous parle, les informations qui me parviennent de nos centres de compilation, disent que nous sommes sur la bonne voie. Nous avons gagné dans tous les centres ». Avant d’ajouter, « mais on va laisser la CEI faire son travail ; la victoire est irréversible ».

« Jeunes d’Abobo, vous avez fait votre part ; vous m’avez donné votre espérance maintenant, la balle est dans mon camp. Oui jeunes d’Abobo que Dieu m’assiste ; qu’il fasse en sorte que je ne vous trahisse jamais. Je vais tout vous donner », faisait-il remarquer.

Pour lui, le travail est énorme, « je connais vos souffrances, vos problèmes et malgré cela, vous avez cru en moi en me ramenant la balle ». « L’effet du Abobo nouveau a commencé. Abobo arrive, je vais vous rendre fier », lance-t-il.

« Je suis pressé de commencer le travail. Chers jeunes on vous traite de microbes, vous deviendrai des vitamines. Ne cherchez pas à courir derrière ma voiture ou à me voir, je vais créer les conditions pour qu’on communique. Je vais créer des places où il y aura la connexion internet gratuite. Il y aura une boite à lettre au sein de la mairie pour ceux qui ne sont pas allés à l’école », promet Hamed Bakayoko.

Et de dire ceci, « j’ai vu les routes d’Abobo, j’ai mal au cœur. Je vous demande pardon. On va acheter des machines pour refaire les routes d’Abobo ».

Karina Fofana

Devoir de mémoire / Hamed Bakayoko en 2010 : « On ne gouverne pas un pays par la haine »

Personnalités liées avec l’article