Ange Grah : « le déguerpissement d’Adjouffou est l’action démoniaque d’un Gouvernement et la cruauté de son chef »

« Les pleurs d’Adjouffou » … Ange Grah Olivier décrypte le déguerpissement des populations de ce quartier de la commune de Port-Bouët.

Au désespoir de la famille du jeune Laurent Ani Guibahi, le Gouvernement d’Alassane Ouattara a tenu à ajouter celui de 8 000 autres familles, victimes innocentes d’une stratégie cynique de culpabilisation dans un objectif de spéculation immobilière.

Pendant qu’il offre gratuitement des centaines d’hectares de terrain à une puissance étrangère, il refuse d’offrir queques mois d’occupation d’une parcelle à ces familles, pour garantir le droit à l’éducation de leurs enfants, et de procéder à leur recasement afin d’assumer son obligation constitutionnelle de les loger.

LIRE AUSSI : Renouvellement CNI : mise en garde du Gouvernement ivoirien « tout le monde est concerné »

La série des déguerpissements dont Boribana, Ficgayo, Adjouffou sont les derniers épisodes, se singularise par le refus de ce Gouvernement de procéder au recasement des personnes vivants sur les sites concernés et la cruauté des calendriers respectés qui ne tiennent nullement compte de la scolarité des enfants dans le souhait évident de les voir grandir le rang des « microbes ».

Une ville n’est pas destinée à être une oeuvre d’art, c’est avant tout un endroit pour que des gens y vivent. Voilà pourquoi, malgré la dangerosité de ces endroits, le Gouvernement Brésilien ne détruit pas les favelas à Rio, celui de l’Inde n’en fait pas de même avec Darhavi à Bombay ou le vieux Delhi et l’Amérique à Harlem, à New York.

LIRE AUSSI : Un pro-Soro aux guides religieux et chefs traditionnels : « n’attendons pas que le feu se déclenche pour tenter de l’éteindre »

Sous divers prétexte, sans état âme, tels des vampires à la recherche de chairs fraîches, les spéculateurs tapis au sein du Gouvernement, s’en prennent les unes après les autres, aux zones habitées par les populations les plus faibles économiquement et socialement avec un appétit croissant et immoral, à un tel point qu’une des victimes a été emmené à dire que  » dans notre pays, le Gouvernement ne se bat pas contre la pauvreté mais contre les pauvres ».

Le déguerpissement d’Adjouffou, c’est tout le symbole de l’action démoniaque d’un Gouvernement qui a fait de la quête du gain facile sa boussole et de la cruauté et de l’inhumanité de son chef, sa seule ligne de conduite.

LIRE AUSSI : Bédié à Daoukro: « 2020 est une année décisive, le PDCI va reconquérir le pouvoir et libérer le pays »

Il se trouve des décérébrés pour applaudir un tel comportement monstrueux, comme quoi, le diable ne visite pas seulement les hautes cimes de ce pays, il se balade également dans ses plaines. Il est vraiment temps que les serviteurs de Dieu entament la longue marche qui nous ramenera sur les chemins bienfaisants qu’il a tracé pour nous.

Personnalités liées avec l’article