Après l’ouverture de l’Hôpital mère-enfant, les cliniques privées augmentent leurs tarifs

L'hôpital mère-enfant de Bingerville a ouvert ses portes, le vendredi 16 mars 2018

Le fait du hasard ou une décision fort opportune ? Une chose est certaine, quelques semaines après l’ouverture de l’Hôpital mère-enfant de Bingerville, de la première dame Dominique Ouattara, les propriétaires de cliniques privées ont annoncé, ce jeudi 12 avril 2018, qu’ils allaient augmenter leurs tarifs.

Les tarifs dans les cliniques privées de Côte d’Ivoire vont subir une hausse, à partir du 1er juillet 2018. Il s’agira de l’application des tarifs plancher imposés, selon l’Association des cliniques privées de Côte d’Ivoire (ACPCI), lors d’une conférence de presse tenue, le jeudi dernier, à Cocody Deux-Plateaux (Abidjan).

Dr Jospeh Boguifo, président de l’ACPCI

« Une révision des tarifs des actes médicaux est à envisager dans la mesure où officiellement, ils n’ont pas évolué depuis environ une vingtaine d’années et constituent une revendication des cliniques privées. Face à cette situation, l’ONMCI, en partenariat avec les organisations professionnelles, a demandé et obtenu auprès de l’UE, une étude sur l’état des lieux dans le secteur privé de santé. Ainsi, les prix plancher imposés sont une recommandation des experts, comme solution pour freiner la dégradation des bonnes pratiques, lutter contre le dumping, garantir la qualité et la sécurité des soins et dégager les marges nécessaires aux investissements futurs », a expliqué Dr Joseph Boguifo, président de l’ACPCI.

Colère des cliniques privées contre l’Etat

Si les cliniques privées veulent passer à cette hausse, dans un contexte de précarité des populations (près de la moitié de la population ivoirienne vit avec moins de deux dollars, par jour), c’est bien parce que leurs propriétaires ont le sentiment que les autorités ne jouent pas leur rôle de régulation.

« Il revient aux autorités étatiques de veiller à la stabilité du système sanitaire. Le rôle d’arbitrage du ministère de la Santé et de l’hygiène publique est fondamental pour soutenir la politique du prix plancher imposé auprès des partenaires de santé et des organisations internationales », a indiqué Dr Boguifo.

Celui-ci a précisé qu’il ne s’agit pas de leur part d’augmenter à dessein les tarifs mais de l’application pure et simple de la politique tarifaire des actes médicaux qui ont subi un réajustement en 1994 ; consolidée en 1995 puis en 1998. Il a ajouté que les tarifs ajustés seront accompagnés par des mesures nécessaires à la stabilité du système de soin et à la mise en confiance des structures de paiement.

« La désillusion a été grande, à la découverte des prix pratiqués par le HME qui s’est révélé être un faux hôpital d’utilité publique, mais une vraie clinique privée »

Les cliniques privées de Côte d’Ivoire sont déjà inaccessibles aux cadres moyens du public et du privé, à plus forte raison aux ménagères. Les frais de consultation varient de 10 000 FCFA (intérieur du pays) à 25 000 FCFA, alors que les actes médicaux (hospitalisation, radiographies, scanners, IRM, etc.) sont hors de prix.

Désillusion

En lançant le projet d’Hôpital mère-enfant de Bingerville, la Fondation Children of Africa de Dominique Ouattara avait entretenu l’espoir de voir émerger en Côte d’Ivoire, un vrai hôpital d’utilité publique, dont les prestations seraient de haut niveau, mais qui seraient accessibles aux petites bourses. La désillusion a été grande, à la découverte des prix pratiqués par le HME qui s’est révélé être un faux hôpital d’utilité publique, mais une vraie clinique privée.

Hôpital mère-enfant de Bingerville

En définitive, l’avènement du HME qui devrait faire chuter les prix des prestations des cliniques privées, a mis celles-ci en position de force, pour espérer augmenter leurs tarifs, alors que le gouvernement peine à appliquer la promesse électorale du président Alassane Ouattara, de construire un hôpital à chaque aire habitable de 5km et que les hôpitaux publics restent des lieux de racket et de mauvaises prestations.

Elvire Ahonon avec FB

A lire aussi :

Hôpital mère-enfant : Les graves révélations de Mamadou Koulibaly sur le « deal » du service public

Personnalités liées avec l’article