Burkina Faso : 39 civils tués le 25 janvier 2020 à Silgadji

Au total, 36 civils ont été tués le samedi 25 janvier 2020 dans une attaque terroriste, à Silgadji au Burkina, a annoncé le 28 janvier 2020 le gouvernement.

Le gouvernement burkinabè indique qu’une attaque terroriste a été perpétrée dans le village de Silgadji, localité située dans la commune de Tongomayel, dans la province du Soum, le samedi 25 janvier 2020.

« Les opérations de ratissage entreprises dans la zone par les Forces de Défense et de Sécurité ont permis de constater la mort de 39 de nos concitoyens dans cette attaque lâche et barbare », souligne le communiqué.

LIRE AUSSI : Opération anti-terroriste à la frontière ivoirienne : ce qui se passe à Alidougou, frontière ivoiro-burkinabé

Le texte ajoute que les Forces de Défense et de Sécurité ont apporté leur aide et leur soutien aux populations pour l’inhumation des victimes. Le gouvernement présente « ses condoléances aux familles des victimes et à la population meurtrie de la commune de Tongomayel ».

Le gouvernement tient à réaffirmer sa détermination à créer toutes les conditions pour une sécurisation effective des habitants des villages dans les zones visées par les attaques des groupes armés terroristes, assure le communiqué.

LIRE AUSSI : Guillaume Soro assure : « je ne céderai pas au chantage »

Il appelle les populations dans les zones de fort défi sécuritaire à éviter les rassemblements qui donnent l’occasion aux terroristes de perpétrer leurs attaques et invite tous les burkinabé à un respect strict des consignes de sécurité et à une vigilance accrue.

Cette attaque est intervenue une semaine après un autre attentat qui avait également fait 36 morts parmi les civils dans le Centre-nord du Burkina Faso. Le gouvernement avait décrété 48 heures de deuil national.

LIRE AUSSI : Frontière Côte d’Ivoire Burkina : les djihadistes à nos portes, la zone classée rouge par la France

Depuis avril 2015, le Burkina Faso fait l’objet d’attaques terroristes ayant fait à ce jour plus de 700 morts et des milliers de déplacés.

Face à la situation, le Parlement burkinabè a autorisé la semaine dernière l’armée à recruter des volontaires parmi les civils pour la seconder dans la lutte contre le terrorisme.

Personnalités liées avec l’article