« Ce n’est pas Ouattara que vous handicaperez en n’allant pas faire vos Cni: c’est vous-même »

Nathalie Yamb répond aux internautes qui accusent Mamadou Koulibaly de traite après son enrôlement pour obtenir une nouvelle carte d’identité (CNI).

Depuis hier, je vois quelques personnes accuser le Prof. Mamadou Koulibaly d’inconstance, parce qu’il est allé se faire identifier pour obtenir une nouvelle carte d’identité et a appelé les populations à en faire autant. J’en ai souri, mais je pense qu’il est utile de rafraîchir la mémoire défaillante ou le manque de connaissance de certaines personnes, promptes à s’agiter quand il ne le faut pas et à courir se cacher sous leur lit quand il faut agir.

• La carte nationale d’identité a toujours été payante en Côte d’Ivoire, depuis Houphouët-Boigny, en passant par Bedié, Guéi, Gbagbo pour arriver à Ouattara.

• La seule exception à cela, c’est-à-dire la seule fois où la Cni a été gratuite, fut la conséquence du chapitre 1 de l’accord de Linas Marcoussis. Pour rappel à ceux qui étaient trop jeunes à l’époque ou qui ont la mémoire courte : Alassane Dramane Ouattara voulait des papiers pour permettre à ses partisans de voter, et grâce à la rébellion et à ses amis de la communauté internationale, il a réussi à imposer l’identification et la gratuité de la Cni au gouvernement d’alors. C’est ainsi que l’émission massive de Cni en 2009, gratuite pour le citoyen, fut subventionnée par l’Union européenne et l’Etat de CI.

LIRE AUSSI: Mamadou Koulibaly à l’opposition : « si vous ne savez pas faire de rébellion… allez-vous faire identifier! »

• La carte d’identité, le passeport, le permis de conduire etc. sont des documents administratifs qui sont payants dans la plupart des pays du monde, et constituent une source de revenus non négligeables pour les États.

• LIDER aurait apprécié qu’au-regard de la situation de précarité dans laquelle se trouvaient les populations ivoiriennes au sortir de la crise post-électorale de 2010, notamment les plus jeunes d’entre elles, l’Etat de CI fasse l’effort d’accorder gratuitement la CNI aux nouveaux majeurs de 2010 à 2015. C’est le sens du plaidoyer que LIDER a entrepris il y a déjà 7 ans de cela.

• N’ayant pas les fusils ni l’appui de la communauté internationale dont lui-même disposait à l’époque, nous n’avons pas réussi à faire plier Ouattara sur la question. C’est dommage, ce d’autant que la prise en charge exceptionnelle par l’Etat que réclamait LIDER aurait pu être facilement financée à travers une gestion rigoureuse des deniers publics et la chasse aux détournements et dépenses superflues dans le budget de l’Etat (achats d’avions pour la flotte présidentielle, nombre pléthorique de ministres, création et entretien d’institutions inutiles, surfacturations des marchés publics, paiement de prébendes aux mutins, lignes budgétaires fictives etc.)

LIRE AUSSI: Le RHDP aux populations de Niakara : « la CNI est à 30000 mais Ouattara a décidé d’aider les Ivoiriens pour établir la pièce à 5000 »

• Alors que dès 2013, LIDER a plaidé pour une carte d’identité gratuite pour tous les nouveaux majeurs, certains de ceux qui se permettent aujourd’hui de critiquer le Prof. Koulibaly étaient assis et mangeaient goulûment à la table du restaurant de Ouattara et justifiaient bruyamment leur refus de la gratuité circonstancielle demandée par LIDER.

• La carte nationale d’identité est redevenue payante en Côte d’Ivoire dès 2011 pour la somme de 5000 fcfa, pour un document valable 10 ans (ce qui revient à 500 fcfa par an). Depuis cette époque, les milliers d’Ivoiriens qui ont demandé une carte d’identité ont payé pour l’obtenir, sans que cela ne gêne beaucoup de ceux qui s’agitent aujourd’hui, surtout pas les députés qui ont voté chaque année la loi du budget qui institue le prix de la Cni.

• Le plus gros problème en Côte d’Ivoire ces dernières années a été l’incapacité de l’office national d’identification d’émettre des cartes d’identité en nombre suffisant pour répondre promptement aux besoins de la population. Cela a conduit à des situations ubuesques lors desquelles, après avoir payé 5.000 fcfa de timbre requis, des citoyens ont dû attendre parfois jusqu’à 3 ans avant d’obtenir leur Cni, et été obligés de dépenser dans l’intervalle la somme de 5.000 fcfa/an dans les commissariats ou 3.500 fcfa à l’Oni, pour renouveler chaque année leur attestation d’identité en attendant de pouvoir retirer leur précieux papier. Pendant ce temps, des rumeurs persistantes faisaient état de la production parallèle de pièces d’identité dans des délais records, et les cartes de séjour pour les étrangers continuaient d’être confectionnées sans problème.

LIRE AUSSI: Hamide Balde : « voici les faits qui dévisagent Nathalie Yamb, la panafricaniste »

• Maintenant que sous la pression de l’opinion publique et de LIDER, qui a dénoncé de façon constante cet état de choses, l’Etat ivoirien s’est enfin décidé à faire produire massivement les cartes d’identité pour les citoyens ivoiriens, il est étonnant de constater que certaines personnes y trouvent à redire!

• La Cni est une document administratif, nécessaire dans tous les actes de la vie civile. Ce n’est pas un document politique, même s’il est essentiel pour pouvoir exercer son droit de vote.

• La logique de #MamKoul2020 est simple et imparable: Si vous n’êtes pas capables d’organiser une rébellion ou de descendre dans la rue pour rendre le pays «ingouvernable» et contraindre Ouattara à rendre la Cni gratuite comme lui-même l’a fait lorsque Gbagbo était au pouvoir, alors allez vous faire identifier massivement. C’est votre droit, et c’est dans votre main de le faire.

• Ce n’est pas Ouattara que vous handicaperez en n’allant pas faire vos Cni: c’est vous-même. C’est vous qui ne pourrez pas vous inscrire à l’université, ouvrir un compte en banque, obtenir un travail, vous marier, postuler à des concours, voyager, voter…

LIRE AUSSI: 43ème BIMA vendu ou pas ? : « que les députés s’intéressent au statut réel de ce site » – Mamadou Koulibaly

• Lui se frotte les mains, car il craint votre vote plus que tout. C’est pour vous décourager qu’il a seulement ouvert 118 centres d’identification. La meilleure façon de l’obliger à démultiplier les centres, c’est d’affluer pour vous faire enrôler: lorsque les points actuels seront pris d’assaut et qu’il verra les longues files d’attente de citoyens fâchés, il se dépêchera d’en ouvrir d’autres, tellement il craint les rassemblements de gens mécontents.

• Pour une fois, soyez malins et, pour l’amour de la CIV, de vos enfants et de vous-même, suivez les conseils de celui qui, depuis 1999, a toujours eu raison avant tout le monde et allez massivement vous faire identifier.

Personnalités liées avec l’article