Danièle Boni-Claverie : « Le PDCI doit s’attendre à des représailles de la part du RDR »

Danièle-Boni-Claverie

Déclaration bureau politique . Pour la présidente de l’URD, « il faut s’attendre à des représailles de la part d’un parti vindicatif et revanchard ».

Et la grand-messe fut dite. Peut-être a-t-elle manqué parfois de solennité mais elle a eu lieu le dimanche 17 juin 2018 et le ciel n’est pas tombé sur la Côte d’ivoire comme le prédisaient certains.

Les choses ont maintenant le mérite d’être clarifiées. On n’entendra plus les uns dire tout et son contraire et les autres nous imposer cette valse-hésitation aux contorsions peu louables et surtout périlleuses pour le vieux parti de 70 ans. Donc, le PDCI présentera un candidat à la présidentielle et la construction du parti unifié est repoussée aux calendes grecques car d’ici à l’après 2020 (date pour le moins imprécise de la tenue du 13ème congrès) que d’eau, que d’eau peut passer sous les ponts…

Danièle Boni Claverie, présidente de l'URD
Danièle Boni Claverie, présidente de l’URD

Le Président Bédié a été sage, son parti risquait l’implosion. Les tensions, la colère, les invectives, les menaces n’ont été que le trop-plein d’un refus total de la base et de nombreux cadres d’envisager la dissolution de leur parti au profit d’un hypothétique parti unifié d’autant que l’histoire nous apprend que les accords et traités ne résistent pas toujours aux aléas mouvants de circonstances non maîtrisées. Les cartes viennent d’être redistribuées et l’alliance politique RHDP a pris un rude coup.

A lire aussi : Bureau politique PDCI : Voici le communiqué sur le report du congrès et les pleins pouvoirs donnés à Bédié

Toutes les déclarations tonitruantes et triomphalistes des uns et des autres ne peuvent cacher la réalité. Un parti unifié présentant un candidat unique en 2020, le choix du , est très éloigné d’une plateforme où chaque parti garde son autonomie et son identité et où l’alternance est devenue une exigence pour le PDCI. En clair, n’ayons pas peur d’appeler un chat un chat. Je crois pouvoir dire que dans l’esprit du PDCI, l’éventualité d’un parti unifié dépendra du soutien qu’apportera le au candidat choisi par le PDCI. C’est ça qui est la vérité. Ce qu’on a essayé de vendre aux Ivoiriens jusqu’ici, c’est un RHDP uni, garant de la paix, de la stabilité et du destin de la Côte d’Ivoire.

Souhaitons que le Pdci épouse ce combat au nom de l’intérêt supérieur de la Nation.

Ce creuset soi-disant harmonieux vient de voler en éclats et il faut s’attendre à des représailles de la part d’un parti vindicatif et revanchard. Certes, le PDCI reste un allié de poids qu’on ne peut traiter comme du menu fretin mais il devient un allié dont on va se méfier, à qui l’on sourit, la main sur le colt, prêt à dégainer s’il le faut. Cela veut dire qu’une brisure s’est définitivement glissée entre les deux poids lourds du RHDP et cette coalition qui aimait se présenter comme « le socle sur lequel repose la Côte d’Ivoire » n’offre plus la garantie de stabilité à laquelle elle était très attachée.

« Un pied dedans… »

Comment va se gérer notre pays jusqu’en 2020 ? Le bateau craque de toutes parts, la déchirure est profonde et les propos de l’ancien porte-parole du RDR, Joël N’Guessan, qui ne mâche pas ses mots, dessine déjà ce que pourra être la gestion du pouvoir entre les deux membres de la coalition ; « le moment est venu » a-t-il dit « d’arrêter de jouer à cache-cache ; un pied dehors, dehors ».

Bureau politique PDCI
Bureau politique PDCI

Loin de cette agitation, l’opposition regarde, commente et compte les coups mais ne se laisse pas distraire du vrai combat qu’elle mène actuellement, celui de doter la Côte d’Ivoire d’une CEI neutre et indépendante, garante d’élections justes et transparentes. Souhaitons que le Pdci épouse ce combat au nom de l’intérêt supérieur de la Nation.

Danièle Boni-Claverie

Affaire « le parti unifié n’est pas à l’ordre du jour »: Quand Bédié cache la vérité aux militants du PDCI