Emprisonnement de leaders syndicaux, Zadi Gnagna : « La situation est grave, la trêve sociale vient d’être brûlée »

Théodore Gnagna Zadi et le ministre de la Fonction publique, sous le regard du premier ministre Amadou Gon Coulibaly, lors de la signature de l'accord de trêve
Théodore Gnagna Zadi et le ministre de la Fonction publique, sous le regard du premier ministre Amadou Gon Coulibaly, lors de la signature de l'accord de trêve

, président de la plateforme des syndicats des fonctionnaires signataires de la trêve sociale annonce la fin de la trêve sociale après l’arrestation de et , respectivement président et secrétaire général de la Coordination nationale des enseignants-chercheurs () dans la soirée de mardi 19 février 2019.

«La situation est plus que grave, le camarade a été inculpé et mis sous mandat de dépôt pour des délits que je n’ose même pas qualifier parce que c’est honteux. Et cela met fin à la trêve sociale. Le bout de trêve que nous protégions vient d’être brûlé avec l’arrestation du vice-président de la Plateforme », fulmine Zadi Gnagna.

A lire aussi : Grève à l’université de Cocody : Prof Johnson Kouassi et Dr Joël Dadé à la Maca après 10 heures d’audition

Pour lui, « Les gens ont laissé le président de l’Université, , faire ce qu’il voulait et voici la situation. Et là il a franchi le Rubicon. Les libertés syndicales, c’est le moteur de l’action syndicale, quand c’est attaqué, c’est nous qui sommes attaqués. Donc pour cela, nous sommes obligés de nous lever et aucune trêve ne peut nous empêcher de mener ce combat-là ».

Notons que Johnson Kouassi président de la CNEC a été interpellé avec Joël Dallé un autre syndicaliste. Ils ont été auditionnés à la préfecture de police d’Abidjan. C’est après 10 heures d’audition qu’ils ont été conduit à la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (MACA).

Roxane Ouattara

Personnalités liées avec l’article