Eric Ané (Festagni) : « La culture doit rétablir l’harmonie sociale »

Discours de Monsieur Eric Ane, Commissaire Général du , lors de la cérémonie de lancement de la 6ème édition du , le jeudi 06 septembre 2018, au Palais de l’Unité d’Abobo-Baoulé. 

A vous tous qui avez répondu à notre invitation, nous vous remercions de votre distinguée présence dans ce somptueux cadre qu’est le village d’Abobo-Baoulé pour célébrer la culture en générale, et la culture AKAN en particulier.

Ce jour revêt pour nous un caractère particulier. En effet, il marque le lancement officiel de la sixième édition du FESTAGNI. Qui contrairement aux précédentes éditions, se tient à Abidjan. Une initiative motivée par notre désir de faire la promotion d’autres cultures AKAN notamment celle du sud, avec le peuple , dont la richesse culturelle est bien connue de tous.

« Brassage culturel et construction de l’harmonie sociale »

Cette belle aventure a démarré, il y a six ans. Et après avoir sillonné toutes les régions de l’Est, durant cinq années, cette édition vient comme une phase de transition, de réflexion sur les acquis et les impacts du FESTAGNI, d’où sa particularité. En outre, une particularité perceptible à travers la célébration jumelée de deux cultures qui semblent différentes dans la forme mais présentes de nombreuses similitudes dans le fond. Celle des Agnis (Akan de l’Est) et les Atchans (Akan du Sud). Un brassage culturel qui interpelle sur l’utilité de la cohésion au sein des peuples.

A lire aussi : Festagni 2018 : La crème de la culture agni s’invite à Abobo Baoulé

D’où le choix du thème: « Brassage culturel et construction de l’harmonie sociale » qui fera l’objet d’un panel ce jour et des échanges plus approfondis lors de la célébration du festival les 15, 16 et 17 Novembre prochain. Après cinq éditions couronnées de succès, le FESTAGNI s’impose désormais comme l’événement majeur de valorisation des cultures Akan.

Mesdames et Messieurs, chers invités,

Vu le rôle particulier des arts et de la culture dans l’épanouissement et l’enrichissement des peuples ; de même que dans les processus de transformation sociale et de revalorisation des quartiers plus largement dans le développement local, l’initiative du FESTAGNI d’organiser cette édition exceptionnelle à Abidjan vaut son pesant d’or car nous voulons réaffirmer la dimension entière de la culture dans la mise en œuvre de la politique de la ville.

Mesdames et Messieurs, chers invités,

Je voudrais avant de clore mon propos, adresser un remerciement particulier au Ministre François Albert Amichia, Ministre de la Ville qui a accepté d’associer son image à cet événement et se dispose à nous accompagner. Monsieur le Ministre, trouvez ici, l’expression de mon profond respect. J’adresse également de vifs remerciements au chef du village d’Abobo-Baoulé et sa notabilité qui nous ont chaleureusement ouvert les portes de leur beau village.

La culture doit apaiser les conflits et rétablir l’harmonie sociale pour consolider l’œuvre de la réconciliation car le dialogue des cultures doit être un facteur essentiel dans la quête de la paix et de la reconstruction nationale.

Merci à toutes et à tous !

Vive la culture ivoirienne ! Vive le FESTAGNI !

Je vous remercie !

La vraie histoire des Agni par le Pr Ekanza : la migration des Agnis en Côte d’Ivoire (fin)

Personnalités liées avec l’article