Gervais Coulibaly à Ouattara : « Monsieur le président, c’est à vous d’ouvrir ce dialogue avec la classe politique »

Gervais Coulibaly, ancien vice-président de la CEI, a appelé Ouattara, le 26 septembre 2020, à ouvrir le dialogue avec l'opposition.

« Nous finirions de toutes les faç par dialoguer, alors évitons des destructions de biens publics et privés, des blessés, des prisonniers et même des pertes en vies humaines et discutons dès maintenant pendant qu'il est temps », a-t-il exhorté .

Avant d'inviter le président Ouattara au dialogue, « Monsieur le président de la République, c'est à vous d'ouvrir ce dialogue avec la classe politique. Car l'Houphouëtiste que vous êtes, ne saurait être fatigué de dialoguer (…) Ce qui nous divise est infiniment plus petit que ce qui nous unit « .

Dimanche dernier, les partis de l'opposition ont annoncé une désobéissance civile pour selon eux dire « non » à un « troisième mandat » de à l'élection .

Élu en 2010 et réélu en 2015, l'opposition estime que la Constitution de 2016 ne permet pas à M. Ouattara de faire un « troisième mandat ». Le , parti au pouvoir, soutient qu' il s'agit du premier mandat de la 3e République. 

LIRE AUSSI : Dr Gervais Boga à KKB: « je te déconseille cette voie, ne laisse pas Ouattara ternir ton beau combat »

Le ivoirien a retenu le 14 septembre 2020 quatre candidats sur 44 candidatures dont celle de M. Alassane Ouattara. Les juges ont tranché que le est sous l'ère de la llle République, ce qui lui permet de se représenter à ces joutes électorales.  

LIRE AUSSI: Ouattara vainqueur de la Présidentielle 2010 : « un gros mensonge de Soro », selon le Dr Boga Sako

En dé de la décision du Conseil constitutionnel, l'opposition qualifie sa d' »anticonstitutionnelle ». Samedi, l'opposition a convoqué ses militants à participer à trois meetings à pour dire « non à un troisième mandat » de Alassane Ouattara. 

Written by Colombe Blanche

Ouattara met en garde les cyberactivistes de l’opposition: « nous serons fermes contre les fake news »

Ouattara répond à l’opposition : « vous voulez le pouvoir pour quoi ?