Gl Nicolas Kouakou : « Nous devons trouver des solutions au désamour entre gendarmes et populations »

Le général de Division, Nicolas Kouakou, Commandant Supérieur de la gendarmerie nationale de Côte d’Ivoire, a décidé d’entamer une tournée de sensibilisation des populations et des gendarmes à l’intérieur du pays.

C’est dans cette optique qu’il a rencontré, hier mercredi 21 mars 2018, dans la salle de réunions de la préfecture de Daloa, la population.

La gendarmerie outil au service de la population

Le général de Division, Nicolas Kouakou a introduit la rencontre ainsi : « j’ai tenu à rencontrer la société civile pour qu’ensemble, nous regardions dans la même direction, qu’ils sachent que la gendarmerie, c’est leur outil de sécurité et de défense à leur disposition pour veiller au bon ordre de la vie en société ». Situant le contexte, le Général Nicolas Kouakou a fait le tour d’horizon des méfaits de l’insécurité récurrente ces temps-ci sur le territoire national.

« Depuis un certain temps , il se passe des choses graves sur l’ensemble du territoire qui ternissent l’image de notre pays.

 «Depuis un certain temps , il se passe des choses graves sur l’ensemble du territoire qui ternissent l’image de notre pays. C’est pourquoi, en tant que premier responsable de la gendarmerie, nous avons décidé de venir au contact de nos troupes et des populations pour qu’à l’issue des échanges, ensemble, nous puissions trouver des solutions idoines pour régler le désamour, désormais, grandissant entre les deux entités (populations et gendarmes), censées collaborer obligatoirement »

La vie en société a ses règles

Le Commandant Supérieur de la gendarmerie nationale, poursuivant, est revenu sur les différents événements intervenus entre les populations et les gendarmes sur toute l’étendue du territoire, notamment à Blolequin, à Soubré, à  M’bayakro, à Bangolo etc. : « Il y a matière à interroger. Comment se fait-il que pour peu, les populations prennent pour cible nos forces de l’ordre surtout les gendarmes ? La vie en société a ses règles. Nous sommes venus pour d’échanges francs avec les populations de Daloa afin que cesse l’incivisme notoire qui commence à prendre de l’ampleur dans le comportement des  citoyens ivoiriens. Aujourd’hui, non seulement des actes d’incivisme sont posés, mais on va jusqu’à s’attaquer aux symboles de l’Etat. Alors est-ce que c’est la bonne façon d’agir ? », a conclu le Commandant supérieur de la gendarmerie nationale. Il faut souligner qu’à l’issue des échanges qui ont suivi, les populations ont, d’un commun accord, souhaité des rencontres entre les forces de l’ordre en vue du renfort de leur collaboration mutuelle.

Personnalités liées avec l’article