Guikahué persiste et signe: « tant que la CEI n’est pas consensuelle, le PDCI-RDA n’y participera pas »

Le secrétaire exécutif du PDCI-RDA, Maurice Kakou Guikahué donne la position de son parti sur la participation de la nouvelle CEI.

Ci-dessous sa déclaration

« La position du Pdci-Rda est claire et nous le disons tout le temps (…) Le 21 janvier 2019, le Premier ministre a reçu les partis politiques pour ouvrir les discussions sur l’Arrêt de la Cour africaine des Droits de l’homme et des peuples qui avait ordonné à l’Etat de Côte d’Ivoire de modifier la loi de 2014 sur la Commission électorale indépendante (Cei). Dans toutes les structures de loi, il y a composition, organisation, attributions et fonctionnement. Nous avons fait la première réunion, le 21 janvier. On a fait les préliminaires. Le 14 avril, le Premier ministre nous a reconvoqués.

Nous sommes partis à la réunion et à cette réunion, nous lui avons posé un certain nombre de problèmes. Quel est l’objet de nos discussions, quel est le cadre de nos discussions et quelle est la méthodologie de validation des conclusions de nos discussions ? C’était la position de Eds qui est la branche Laurent Gbagbo et la position du Pdci-Rda avec les 23 partis politiques avec lesquels nous étions en train de former la plate-forme. Les discussions ont duré trois (03) heures.

A LIRE AUSSI : Guikahué: « Est-ce les armes qu’on n’a jamais vu dans ce pays ? Comme a dit Soro, les chars sont impolis (…) »

Et nous nous sommes mis d’accord avec le Premier ministre qu’il allait tout faire pour nous faire parvenir les termes de référence des discussions. Le 7 mai, nous recevons une autre invitation sans termes de référence. Donc nous leur disons que nous attendons les termes de référence et le directeur général de la Décentralisation qui était le point focal dit Monsieur le ministre vous aurez les termes de référence avant la réunion de demain (…) On n’a pas reçu les termes de référence.

Et le 15 mai, nous avons écrit pour dire au gouvernement que nous attendons les termes de référence. Le 19 mai, le gouvernement a convoqué une réunion et on n’y est pas allé. Au départ avec le Fpi, on a décidé de ne pas aller aux réunions. Mais à la deuxième réunion, le Fpi est parti.

A LIRE AUSSI : Guikahué: « Adjoumani, ancien haut-parleur en panne du PDCI, que le RDR a pris pour faire sa sono »

Nous, on a maintenu notre position avec Eds. La loi, comme vous le savez, est partie à l’Assemblée, au Sénat avec la majorité relative. Ce n’est pas une loi organique. Si c’était le cas, elle ne passait pas parce qu’ils ne sont pas de deux tiers (2/3). La loi est passée. Nous notre position, on veut une Commission électorale indépendante dotée de pleins pouvoirs avec une autonomie financière, qu’elle soit neutre, impartiale et indépendante pour organiser des élections efficaces.

Nous ne participerons pas et nous nous donnons tous les moyens démocratiques pour que nous puissions revenir à une Commission électorale indépendante

Le gouvernement nous a envoyé des correspondances pour choisir notre représentant à la Commission électorale indépendante. Ceux qui avaient participé sont venus nous voir pour dire qu’ils ne sont pas prêts à siéger dans cette Commission électorale indépendante parce que les textes de lois ne prennent pas en compte , les conclusions qu’ils ont signées et dont ils ont les documents.

A LIRE AUSSI : Guikahué aux militants du PDCI à Daoukro: « continuez dans la loyauté »

Je leur ai dit que les conclusions de leurs discussions n’ont rien à voir avec le contenu de la composition. (…) Nous qui avons refusé les discussions et qui combattons cette loi et qui avions fait un recours au Conseil Constitutionnel qui a été rejeté, un recours à la Cour Africaine à Arusha, on ne comprend pas pourquoi, nous pouvons donner de représentants. Donc, hier, (Ndlr mardi) la plate-forme a fait une réunion, nous avons signé le courrier et répondu au ministre de l’Intérieur que le Pdci-Rda ne participera pas à la Commission électorale indépendante.

Donc en résumé, le Fpi a écrit pour dire qu’il ne participe pas, le Pdci-Rda a écrit pour dire qu’il ne participe pas, l’Apdh a écrit pour dire qu’il ne participe pas, le Gpate a écrit pour dire qu’il ne participe pas. Donc déjà, il y a quatre (04) participants qui n’y vont pas. La Commission est donc amputée déjà de quatre (04) membres. Voici la position du Pdci-Rda. Tant que la Commission n’est pas consensuelle, nous ne participerons pas et nous nous donnons tous les moyens démocratiques pour que nous puissions revenir à une Commission électorale indépendante ».

Personnalités liées avec l’article