Guinée équatoriale : Le parti au pouvoir demande la collaboration des autorités françaises, après un coup d’Etat déjoué

Téodoro Obiang Nguema bénéficie du soutien du parti au pouvoir

En , le (parti du président Teodoro Obiang Nguema) demande la collaboration des autorités françaises, après un coup d’Etat déjoué.

Suite au rapport émis par le parquet général de la République de Guinée équatoriale, comprenant les détails sur les faits et sur les personnes impliquées dans la tentative de coup terroriste et mercenaire à l’encontre de notre État et la tentative de mercenaire à l’encontre notre président, survenues en décembre 2017, le Parti démocratique de Guinée équatoriale fait les déclarations suivantes :

1.- Après avoir connu les informations diffusées par le Parquet, le Parti démocratique de Guinée équatoriale exprime son rejet total de ces plans de déstabilisation machiavélique et d’agression contre notre pays et notre président et exprime sa condamnation absolue des organisateurs et des participants.

« Le Parti démocratique de Guinée équatoriale demande au gouvernement et aux institutions françaises de collaborer à l’éclaircissement complet des faits »

2.- Après avoir connu l’implication de personnes concrètes qui ont participé, en République française, à cette tentative de coup d’État, le Parti démocratique de Guinée équatoriale demande au gouvernement et aux institutions françaises de collaborer à l’éclaircissement complet des faits et au mandat d’arrêt contre ceux qui ont participé aux faits, notamment contre le ressortissant français Dominique Calace De Ferluc, dont les preuves évidentes de son implication sont à la disposition du procureur général.

Le gouvernement du Parti démocratique de Guinée équatoriale devra porter ces faits à la connaissance des institutions internationales, comme la Cour internationale de justice de La Haye, les Nations unies et l’Union africaine, entre autres, afin d’engager la responsabilité pertinente des auteurs, des participants et des complices de ces faits pour avoir réalisé et avoir favorisé des actions de terrorisme et de mercenariat international visant à déstabiliser les États souverains et indépendants et à l’encontre de la paix et la stabilité de la Guinée équatoriale.

A lire aussi : Démission forcée de Jacob Zuma : Cinq leçons spirituelles à retenir !

3.- Le Parti démocratique de Guinée équatoriale lance aux auteurs et aux participants dans cette tentative de coup terroriste et mercenaire l’avertissement ferme suivant : ils seront poursuivis avec toute la rigueur de la loi, aussi bien ceux qui sont déjà en détention que ceux qui font encore l’objet d’un mandat d’arrêt ou qui sont cachés dans d’autres pays.

Comme il a été démontré jusqu’à présent, les forces répressives de l’État, aux côtés d’un très grand réseau de pays-amis de la Guinée équatoriale, travaillent conjointement et ne n’arrêterons pas jusqu’à ce qu’ils soient tous détenus.

4.- Le Parti démocratique de Guinée équatoriale réitère les félicitations aux forces armées et aux forces répressives de notre pays, ainsi qu’au Parquet et aux institutions judiciaires en général, pour le succès de leur grand travail réalisé pour la détection et le démantèlement de cette tentative de coup terroriste et mercenaire.

Cette tentative pourrait avoir conduit à une situation d’affrontement interne, avec les conséquences de chaos, de guerre et de morts dans notre pays.

Nous félicitons également les forces répressives de la République du Cameroun pour nous avoir avertis de la préparation de ces faits.

5.- Encore, nous exprimons notre pleine disponibilité pour collaborer avec les institutions judiciaires de la Guinée équatoriale et des pays-amis qui aiment la Paix, afin de continuer à dénoncer n’importe quelle situation liée à cette affaire.

Parti démocratique de Guinée équatoriale

24 février 1966 : Ce jour-là Nkrumah est renversé au Ghana

Personnalités liées avec l’article