La Côte d’Ivoire mérite bien mieux – Innocent Gnelbin

Innocent Gnelbin, président de 2IDé

Nous assistons ces jours ci à une joute verbale entre alliés au pouvoir. Si ces faits dénotent de la normale politique, établir un rapport de force en sa faveur afin d’avoir la direction politique, il n’en demeure pas moins qu’ils montrent une insuffisance de maturité politique.

Dans cette bataille avant l’heure, les intérêts partisans se mêlent inextricablement aux ambitions personnelles.

D’où vient-il que le PDCI pense que le pouvoir lui sera cédé sur un plateau d’or ?

Les alliés butent sur l’hôtel des enjeux des Présidentielles de 2020, remettant en cause un  » appel  » de dupe qui n’avait d’existence que pour ceux qui y ont cru. Le Sphinx de Daoukro ces dernières années bien réaliste, observant les limites endogènes et exogènes de sa formation politique a décidé opportunément de soutenir Ouattara aux élections de 2015. En tâchant soigneusement de définir une close d’alternance avec son cadet. À moins qu’il ne soit naïf et cela j’en doute, d’où vient-il que le PDCI pense que le pouvoir lui sera cédé sur un plateau d’or. Qu’est ce qui a fondamentalement changé dans le rapport de force entre les deux alliés pour que le RDR qui a presque toute la réalité des leviers de conservation du pouvoir, le lui cède? D’ailleurs comment pourrait il en être autrement quand pendant qu’on observe des invectives, dans le même temps une liste de candidat RHDP aux élections sénatoriales est établie? Quand plusieurs cadres du PDCI sont tenus par les espèces sonnantes et trébuchantes des arcanes du pouvoir.

Le pouvoir ne se donne pas, il s’arrache

Peut-on raisonnablement s’opposer à quelqu’un et dépendre de lui pour sa pitance?
En politique, et c’est connu, le pouvoir ne se donne pas, il s’arrache. En vérité, la guerre au sein du camp au pouvoir, est plus une affaire de qui sera Président qu’une profonde question d’orientation de la gestion du Pays.
Les peuples sont en droit de se demander ce que le PDCI dit de la cherté de la vie et comment il se positionne par rapport aux politiques gouvernementales qui appauvrissent l’Ivoirien. Notamment :
– La destruction massive d’emplois informels par les déguerpissements des commerces sans dédommagement,
La baisse du pouvoir d’achat par des impôts et taxes à n’en point finir et par une augmentation constante des prix des denrées de première nécessité,
– L’augmentation des factures d’eau et d’électricité au mépris de leur caractère Vital,
– Le monde des affaires reste hostile pour les entrepreneurs nationaux par une main mise du pouvoir politique sur les affaires et une politique d’imposition étouffante,
-. Une télévision nationale caporalisée pour laquelle pourtant le peuple paye des taxes,
-. Le clientélisme, la corruption et la surfacturation qui gangrène nos administrations depuis le sommet de l’Etat.

2020, ce doit être la fin du système clanique

Il y a tant à dire, sur les souffrances actuelles des peuples qui pourtant attendent de ceux qui prétendent les gouverner, des prises de positions fermes et courageuses.
2020 pour les peuples de Côte d’Ivoire, ce doit être la fin du système clanique, de clientélisme, de corruption et de mal gouvernance.

C’est pourquoi au delà des batailles de personnes et de groupes de personnes autour du sexe des anges, les peuples doivent travailler à marquer une rupture avec l’ordre ancien. Le système finissant, inadapté au 21e siècle, pour un pays qui a tant à offrir à ses enfants, doit être accompagné à sa dernière demeure. Seule condition pour la fin des crises profondes, pour une nation vraie, socle d’un développement durable et harmonieux.
Sur ce chantier, les peuples de Côte d’Ivoire, les démocrates seront heureux de voir à leur côté le PDCI et tous les groupes politiques véritablement conscients de ces enjeux.
D’ailleurs la meilleure alliance pour 2020, est celle avec les peuples autour de leurs intérêts.

Innocent Gnelbin
Président 2IDé

Personnalités liées avec l’article