Le PDCI révèle une « augmentation de plus de 70% de la redevance de l’électrification rurale sur les factures d’électricité »

Le PDCI note une augmentation de plus de 70% de la redevance de l’électrification rurale sur les factures d’électricité en Côte d’Ivoire.

Face aux performances mentionnées ci-dessus notre pays ploie sous le poids de sa dette. Compressée à environ 4000 milliards de FCFA après l’atteinte du PPTE, notre dette estimée aujourd’hui à plus de 23000 milliards de FCFA. A ce rythme elle atteindra 30000 milliards de FCFA en 2025. En 2022, le montant total de nos recettes cumulait à 6132,1 milliards de FCFA quand le service de la dette nous a pompé 3179, milliards de FCFA.

Notre solde budgétaire est déficitaire. Le déficit budgétaire est désormais considéré par notre Gouvernement comme un moyen indispensable de sa gestion économique. Notre budget est caractérisé par un déficit chronique.

LIRE AUSSI : Côte d’Ivoire : la dot n’est pas reconnue même si elle ne constitue plus une infraction

En français facile, il faut noter que le déficit budgétaire, c’est quand les recettes de l’Etat ne suffisent pas à couvrir ses dépenses. Il a donc recours à des emprunts sous toutes les formes. C’est ce qui augmente notre dette. Le taux élevé du service de la dette ne nous laisse pas assez de marge budgétaire pour les investissements.

Le gouvernement a beaucoup investi dans les infrastructures, mais la qualité des ouvrages est décriée par tous. Sur les routes et partout on constate la dégradation prématurée de ces infrastructures et souvent la reprise des travaux quelques semaines ou mois seulement après leur mise en service.

LIRE AUSSI : Admis INFAS 2022 : inscription via Trésor Money des infirmiers, sages-femmes… , la procédure et les frais

Le grand paradoxe de notre économie est qu’il crée de la richesse, comme l’atteste l’augmentation du PIB, mais elle impacte très peu la vie des Ivoiriens.

Le taux de pauvreté est encore élevé puisqu’il est au-dessus de 40%. Il faut noter que le gouvernement se garde de communiquer souvent sur ce taux. Les bénéficiaires des grands travaux sont les multinationales, alors que les TPE et les PME nationales peinent à tirer profit de ces grands travaux. In fine la richesse créée par notre économie est exportée et les Ivoiriens restent les mains vides et le ventre creux dans leur pays.

Il faut que tout cela change pour que nos entreprises et les Ivoiriens tirent profit de leur richesse.

Notre parti prévoit la révision des règles des marchés publiques en y intégrant des conventions d’obligation de concessions aux PME et TPE locales.

Aujourd’hui les Ivoiriens sont asphyxiés par la cherté de la vie, pendant que la richesse de notre pays est captée par une minorité des personnes laissant la large majorité de nos concitoyens dans la misère. Même ceux qui sont considérés comme classe moyenne sont en réalité des nécessiteux.

Les récentes augmentations des primes de logement et du SMIG apparaissent aujourd’hui comme de l’arnaque face à une déflagration de l’inflation. Le récent réajustement du prix du carburant à la hausse est coup de massue sur la tête des pauvres citoyens. Rappelons que le prix du litre du super est passé de 635 FCFA en février 2022 à 815 FCFA en février 2023 soit 28.35%.Cette augmentation engendre déjà un renchérissement de tous les prix à la consommation. Cela a déjà commencé par le transport.

LIRE AUSSI : La dette de la Côte d’Ivoire « atteindra 30.000 milliards de Fcfa en 2025 » révèle le PDCI

Sur nos factures d’électricité nous notons une augmentation de plus de 70% de la redevance de l’électrification rurale. Et celle de l’enlèvement des ordures à plus de 80 %.

La redevance de la RTI dans sa forme et sa destination actuelle n’est plus justifiable.

Le pouvoir d’achat des Ivoiriens se volatilise chaque jour que Dieu fait.

Written by PDCI RDA

Effondrements immeubles à Abidjan : le PDCI accuse et dénonce des taxes parafiscales

Nouvelle loi sur le mariage en Côte d’Ivoire : enfant hors mariage, séparation de biens, nom de la femme mariée… ce que dit la loi