Les évêques ivoiriens chez Ouattara : une rencontre aux allures de confession !

Rencontre Alassane Ouattara, avec une délégation de la Conférence des Évêques catholiques de Côte d’Ivoire conduite par son Jean-Pierre Cardinal KUTWA, le mercredi 19 février 2020

Les évêques ivoiriens chez Ouattara : une rencontre décryptée par Fernand Dédeh qui n’oublie pas la visite de Simone Gbagbo, Henri et Henriette Bédié.

Rencontre aux allures de confession ! 2 heures d’échanges entre ton camarade et les évêques de Côte d’Ivoire ce mercredi 19 février 2020. Rien n’a filtré, mes quiconques ont été brouillés, silence radio… Tout ce que nous savons, c’est que les sujets abordés étaient relatifs à la réconciliation nationale, à la marche de la nation.

Analysons par l’absurde : les évêques ont produit une déclaration publique pour s’inquiéter justement des embûches sur le chemin de la réconciliation nationale et la marche de la nation. Ils ont fait des recommandations à ton camarade, notamment l’organisation des élections transparentes et inclusives, la libération des prisonniers politiques, des mesures d’apaisement, « le pouvoir de l’amour » et non « l’amour du pouvoir. ». Cela n’a pas toujours plu, mais ils ont le mérite de l’avoir dit. S’ils sont restés conformes à leurs analyses de base et qu’ils ont été convaincants, nous devrions le sentir et le voir dans les décisions, attitudes et agissements de ton camarade dans les prochains jours…

LIRE AUSSI : Côte d’Ivoire : « la réconciliation passe par le retour de Gbagbo »

Une autre rencontre aux allures de marche sur le chemin de la réconciliation, celle des anciennes premières dames. L’épouse du « Silencieux de Bruxelles » et celle du « Bouddha de Daoukro ». La première a fait le pas. La seconde a accepté de la recevoir. La première a demandé l’implication de la seconde dans les actions de réconciliation nationale. La Biche royale Aimée n’a pas été insensible mais elle a clairement dit que la politique, c’est le domaine de son époux. Elle est plutôt dans le champ social. Justement, le vigilant époux a rendu compte de la rencontre entre les deux ex-premières dames au « Bruxellois ».

Tiens, et si la ministre en charge de la Femme prenait son bâton de commandement, à l’approche du 8 mars, journée de la Femme, pour « le coup de Trafalgar »? Réunir autour d’un pot, d’un pagne et d’une cause, celle de la Femme et de la réconciliation, les premières dames en vie… Ça ne coûte rien d’essayer…

LIRE AUSSI : Les Évêques de Côte d’Ivoire à Ouattara : « le rôle de la CEI exige son indépendance totale car de la position de l’arbitre, dépend le bon déroulement de la compétition »

En sport, la pression monte à la fédération ivoirienne de football. Le mandat de quatre ans de l’actuel président est arrivé à terme. Il doit maintenant s’activer à organiser l’assemblée générale élective.

L’article 42 des statuts énonce que les élections ont lieu à la fin de la quatrième année civile du mandat. Nous y sommes. Champ d’interprétation. Le comité exécutif entend tirer toutes les conséquences de cet article. Il est tenté d’organiser les élections au mois de décembre 2020 ou début 2021… Le président de la fédération prévoit une réaction du comité exécutif en mai 2020 pour installer la commission électorale indépendante et la commission de recours et fixer la date des élections. Il rencontre à cet effet, les clubs le 29 février 2020.

LIRE AUSSI : « Bédié ne veut pas de réconciliation. Il veut juste exposer Ouattara au lynchage »

Rencontre décisive. L’actuel président de la fédération ivoirienne de football souffle le chaud et le froid. En privé, il marque sa volonté de se retirer, « pour des raisons familiales et pour s’occuper de ses affaires. ». En public, il glisse… Ses concurrents eux, fourbissent leurs armes. Beaucoup de bruits, beaucoup de mouvements dans les back-offices…

Les articles de l’actualité ivoirienne sur Yeclo.com :

Personnalités liées avec l’article