Limogeage, le grand ménage de Ouattara : après Patrick Achi et Abdourahmane Cissé, ces têtes qui vont tomber, les révélations d’AfricaIntelligence

Alassane Ouattara poursuit son grand ménage à la tête de l'appareil d'État. Désormais à plusieurs structures publiques de premier plan.

Après le limogeage du premier ministre, Patrick Achi, et du secrétaire général de la présidence, Abdourahmane Cissé, il s'attaque désormais à plusieurs structures publiques de premier plan.

Selon AfricaIntelligence, dans son article de ce lundi 4 décembre 2023, parmi celles-ci figure l'Agence comptable centrale du Trésor (ACCT), dont le directeur général, Ali Kader Coulibaly, se retrouve plus que jamais fragilisé. Grand argentier du pays, ce dernier est en poste depuis plus de dix ans.

Toujours selon le confrère, sa mise à l'écart pourrait être officialisée par d'ici à la mi-décembre. Les raisons de cette éviction restent floues, mais elles pourraient être liées à des soupçons de corruption ou de mauvaise gestion.

LIRE AUSSI: Ferkessédougou : les résultats des élections municipales restent en suspens après l'incendie du siège de la CEI

Autre structure publique concernée par les mouvements en cours, la Caisse nationale de prévoyance sociale (CNPS), dirigée depuis 2013 par Denis Charles Kouassi. Ce dernier devrait ainsi être invité à quitter son poste dans les tout prochains jours.

À l'instar de l'ACCT, la CNPS est un organisme clé de l'État ivoirien. Elle gère notamment les retraites, les allocations familiales et les prestations sociales. Elle figure par ailleurs parmi les actionnaires de la Banque internationale pour le commerce et l'industrie de Côte d'Ivoire (Bicici), ex-filiale du groupe français BNP Paribas en Côte d'Ivoire.

Les raisons de cette éviction sont également obscures, mais elles pourraient être liées à des tensions avec le pouvoir ou à des problèmes de gouvernance.

LIRE AUSSI: Yopougon : le corps sans vie d'un nourrisson retrouvé dans un ravin ce dimanche

Ces limogeages et ces mises à l'écart illustrent la volonté d'Alassane Ouattara de renforcer son contrôle sur l'appareil d'État. Le président ivoirien, qui achève son troisième mandat, entend s'assurer d'une succession sans heurts.

Les conséquences de ces mouvements

Les conséquences de ces mouvements sont encore difficiles à évaluer. Cependant, ils pourraient avoir un impact significatif sur la vie politique et économique de la Côte d'Ivoire.

LIRE AUSSI: Attécoubé : un corps sans vie découvert au Banco-extension, 6 personnes arrêtées

Sur le plan politique, ces limogeages pourraient affaiblir le RHDP, le parti au pouvoir. Ali Kader Coulibaly et Denis Charles Kouassi étaient tous deux des figures importantes du parti. Leur départ pourrait créer un vide et favoriser l'émergence de nouvelles factions au sein du RHDP.

Il faudra donc suivre avec attention l'évolution de la situation dans les prochains mois.

Written by Christian Binaté

Coupure d’eau dans plusieurs quartiers d’Abidjan ce lundi 4 décembre : liste des zones concernées, SODECI

Ouattara resserre les rangs avant la présidentielle : de nouveaux limogeages en vue