L’ONU débout contre Ouattara : « les élections doivent être véritablement libres, justes, crédibles… »

Dans une déclaration publiée le mardi 11 février 2020, l’ONU a appelé la Ouattara, Condé… à organiser des élections véritablement libres, justes et crédibles.

Plusieurs élections doivent être organisées dans la région cette année : un scrutin législatif au Mali et six élections présidentielles au Togo, en Guinée, en Côte d’Ivoire, au Burkina Faso, au Ghana et au Niger.

LIRE AUSSI: Tidjane Thiam sera bel et bien candidat en 2020 : le cadeau doux amer que lui réserve Ouattara et le RHDP

Le Conseil a souligné que les parties prenantes nationales dans ces sept pays ouest-africains doivent collaborer « pour faciliter la préparation en temps voulu et la tenue, dans les délais fixés, d’élections véritablement libres, justes, crédibles et pacifiques et prendre toutes les mesures qui s’imposent pour prévenir les violences ».

Autre sollicitation du Conseil : tous les candidats et toutes les candidates à ces élections doivent pouvoir concourir dans des conditions égales qui soient garanties et la participation « pleine, effective et véritable des femmes » aux scrutins électoraux doit être favorisée.

LIRE AUSSI: « Ouattara est seul, la communauté internationale l’a quitté, le PDCI son vrai soutien l’a quitté et enfin, Soro »

Le Conseil a rappelé qu’aux termes de la Charte africaine de la démocratie, des élections et de la gouvernance, les Etats parties doivent s’assurer que le processus d’amendement ou de révision de leur constitution repose sur un consensus national, comportant, le cas échéant, le recours au référendum.

Reprendre le dialogue en Guinée, mettre en œuvre les résultats des élections en Guinée Bissau
Dans sa déclaration présidentielle, le Conseil de sécurité a demandé à tous les acteurs politiques en Guinée, « quelle que soit leur appartenance politique », de reprendre sans délai le dialogue en vue de faire en sorte que les processus électoraux et les réformes politiques soient menés à bien dans un large consensus. Le Conseil a encouragé le Représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU dans la région, Mohamed Ibn Chambas, à continuer d’exercer ses bons offices dans ce pays.

LIRE AUSSI: Pourquoi Ouattara doit faciliter le retour de Gbagbo et Blé Goudé avant la présidentielle

Indiscutablement on peut dire qu’au delà du langage diplomatique utilisé dans cette note, que le Conseil de sécurité invite Alassane Ouattara a la mis en place d’une Commission Électorale totalement indépendante qui sera capable d’organiser un scrutin présidentiel crédible et impartial.

Personnalités liées avec l’article