Mamadou Traoré à Hamed Bakayoko: « tu étais où quand Soro défendait le père sur sa nationalité? »

Le pro-Soro, , a réagi à la sortie de , le vendredi 21 juin 2019, lors de l’inauguration de l’hôpital d’Abobo contre Soro.

J’ai entendu certains dire que , en plus d’être le plus petit du groupe, n’a aucune légitimité pour prétendre rêver au fauteuil présidentiel pendant que ses aînés sont là. Le mot vient d’être lâché.

Guillaume Soro est combattu au RDR parce qu’on trouve qu’il est trop jeune pour le fauteuil présidentiel. Il est également combattu parce qu’il assombrit l’image de ses aînés avec son puissant charisme. Car en affirmant qu’il n’a aucune légitimité, on avoue inconsciemment que sa légitimité reconnue de tous fatigue ses aînés. En matière de légitimité tout le monde sait que Guillaume Soro s’est construit sans compter sur le père.

En effet, à la tête de la Fesci, il a su se faire un nom. A la tête de la rébellion, il a su également se faire un nom. Sa légitimité découle des combats qu’il a menés à la tête des structures qu’il a dirigées. Sa légitimité découle également du fait que tout le monde sait que sans Guillaume Soro, le champion de ceux qui l’insultent aujourd’hui ne serait pas au pouvoir.

A LIRE AUSSI : Gnamien Yao au RHDP: « au PDCI, on n’insulte pas, on ne contraint pas, on convainc et vous le savez bien »

On me dira que c’est ce dernier qui l’a mis à la tête de la rébellion. Je laisse le soin à Guillaume Soro lui-même d’en parler un jour. Ce jour là, tout le monde sera « degba ‘ de Boua. Une chose est sûre et certaine. Si ça dépendait de Boua lui seul, la rébellion n’aurait pas eu le succès qu’elle a connu. Elle n’aurait pas atteint ses objectifs.

Hamed Bakayoko et Soro

Où étaient ces fameux aînés quand Guillaume Soro défendait la cours familiale et le père qui était spolié de sa nationalité? Ils ont tous fraya.

Et puis ,ces aînés ont-ils le CV politique de leur cadet ? Je dirais non. Il faut savoir ensuite que ces aînés ont tous travaillé sous les ordres du cadet. Le cadet fut et est leur patron. D’abord en leur qualité de Ministre et ensuite en leur qualité de député,ils étaient sous les ordres du cadet. Ils étaient même, selon ses propos, très respectueux et courtois vis à vis de lui.

A LIRE AUSSI : Attentat contre Soro: Mamadou Traoré, pro-Soro blanchit Gbagbo et fait des révélations sur le RDR

Donc, le cadet fut leur « vié per ». Aujourd’hui, comme ils ont la protection de Boua, ils pensent être forts et puissants. Sans la protection de Lovié, ils savent qu’ils sont réduits à leur plus simple expression. Qu’ils prient pour que Boua ait une longue vie et soit en bonne santé.

Sinon, je ne sais pas ce qu’ils deviendraient car jamais ils n’ont pu se réaliser sans la protection de Lovié. Ce sont des enfants avec l’esprit d’héritier. Ce qui n’est pas le cas de leur cadet qui construit tranquillement son chemin sans la protection de Boua. Et un tel cadet devrait être félicité car il ne compte pas sur l’argent de papa pour faire sa route.

A LIRE AUSSI : Tilkouété Dah Sansan: voici pourquoi Soro ne peut plus être vice-président de l’APF

Tout le monde sait que lorsque les enfants héritent du père sans aucun effort, ils dilapident ses biens. Donnez le pouvoir à ces héritiers de Bouah et la Côte d’Ivoire reculera de 30 ans. Mais si vous donnez le pouvoir au fils qui s’est construit lui-même sans compter sur le père, la Cote d’Ivoire retrouvera son lustre d’antan.

Le cadet de la famille fera mieux que le père. Et c’est la Côte d’Ivoire qui gagnera.