Me Brahima Soro : « Les fondamentaux de la démocratie ivoirienne sont attaqués »

Brahima Soro

, président de l’Union pour la Paix en Côte d’Ivoire s’est prononcé sur la délégation spéciale à la mairie du Plateau et sur les fondements des poursuites contre , tête de liste vainqueur des élections municipales du Plateau. Il l’a fait au cours d’une conférence mercredi 23 janvier 2019 à -.

La délégation à la mairie du Plateau est illégale. En Côte d’Ivoire il y a quand même un principe fondamental qui n’est pas connu c’est la présomption d’innocence. On est coupable que si la culpabilité a été judiciairement établie de manière définitive. Pourquoi on refuse d’installer la liste conduite par Jacques Ehouo ?, d’après ce qu’on a entendu, c’est parce qu’il a du poids sur la liste qu’il conduit.

Une procédure engagée d’ailleurs après son élection, et c’est en raison de l’existence de cette procédure qu’il ne peut pas être installé. Ça veut dire qu’on est en présence d’une présomption de culpabilité.

A lire aussi : Délégation spéciale illégale au Plateau : Quelle est donc cette « réglementation en vigueur » dont parle le ministre de l’Intérieur ?

Il est alors présumé coupable jusqu’à ce qu’il prouve qu’il est innocent, c’est inadmissible. Sinon, on l’installe et si on découvre que sa culpabilité est judiciairement établie on avise.

C’est la preuve que les fondamentaux de la démocratie ivoirienne sont attaqués. Si aujourd’hui, il est aussi facile d’arrêter quelqu’un qui est déjà un élu de la nation, au motif qu’il pèse sur lui des soupçons de détournements. Mais, qu’en sera-t-il de nous autres ? C’est une mesure complètement hors la loi.

Roxane Ouattara