Nominations présidentielles dans l’armée et à la gendarmerie : Que dit vraiment la constitution ?

Alassane Ouattara a été réélu, pour un 2è et dernier mandat constitutionnel en octobre 2015
Alassane Ouattara a été réélu, pour un 2è et dernier mandat constitutionnel en octobre 2015

Sur les nominations au sein de notre armée et notre gendarmerie. Que dit notre constitution sur les procédures de nomination aux emplois civils et militaires ?

L’article 67 de notre constitution y répond : « le Président de la République est le chef de l’Administration. Il nomme aux emplois civils et militaires ». Le président est donc libre de nommer qui il veut aux postes de commandement. Le faisant, il ne viole guère notre constitution. Il nous faudra peut-être définir d’autres formes de nomination aux postes clés de la République.

A lire aussi : Armée et gendarmerie : Les Généraux Sékou Touré et Nicolas Kouakou s’en vont, voici leurs remplaçants

L’on pourrait par exemple soumettre un appel d’offres et retenir les 3 meilleurs profils qui seront soumis à un débat sous la supervision des députés en direct à la télévision nationale. Chaque candidat exposerait son projet devant les députés qui leur poseraient des questions. L’on pourrait faire de même pour les militaires devant une cours spéciale en vue des nominations aux postes de chef d’Etat major, responsable des forces terrestres, de l’armée de l’air, de la gendarmerie, de la garde républicaine…

Cette procédure aura l’avantage de susciter une méritocratie qui verra les meilleurs des Ivoiriens aux postes clés. Elle suscitera la culture du travail bien fait, gage du développement. Et, il y aura moins de place à la tricherie! De toutes les façons, personne ne remet en cause les compétences des nouvelles autorités. Ou bien?

Sylvain N’Guessan

Institut de Stratégies

Personnalités liées avec l’article