Paul Madys attaque durement Odette Lorougnon : « Pour elle, seuls les morts en exil sont fidèles »

, l’artiste pro-Gbagbo digère très mal les agissements de certains membres du Front populaire ivoirien (). Il a tenu à l’exprimer haut et fort. Paul Madys et les pros-Gbagbo : je t’aime moi non plus ?

Pour Paul Madys, la libération de l’ex-première dame est salutaire, dans la mesure où elle est considérée comme une femme d’honneur, une mère et surtout qu’elle l’a honoré en immortalisant son œuvre dans son livre  » femme d’honneur « .

Cependant, frustré d’avoir été empêché de l’approcher, après sa sortie de prison, il en veut à ceux qu’ils désignent comme les auteurs de ce « complot » contre sa personne.  « Je veux dire que le débat qui se déroule autour de ma personne en ce qui concerne les agissements de   qui ne m’étonnent pas du tout parce que depuis le président , ce comportement a toujours été son propre ».

Quant à la présidente des femmes du FPI, il a eu à son endroit des mots particulièrement durs. « Marie- Odette Lorougnon que j’ai toujours considéré comme une mère mais qui en réalité n’aime pas voir un réfugié rentrer vivant en Côte d’Ivoire, parce que pour elle, seuls les morts en exil sont fidèles, ne sont en ce qui me concerne pas à l’ordre du jour, mais juste leur dire que je ne suis militant d’aucun parti politique », a-t-il lancé.

A lire aussi : Un activiste pro-Gbagbo à Simone : « La prison ne t’a pas assagie »

Poursuivant, il s’est proclamé Gbagboiste car comme il le dit, Gbagbo est son idole, et il se reconnait dans son combat. De ce fait, les agissements « moyenâgeux » ne pourront le distraire ni faire faiblir. La priorité pour lui étant le retour à la maison de tous les enfants de la Côte d’Ivoire qui « ont souffert dans leur corps et leur âme », leur aide et leur soutien et la continuation de la lutte pour la libération de Laurent Gbagbo et de .

Pour lui, cela relève de « la lutte pour une réconciliation vraie entre les filles et fils de la CI, c’est la lutte pour la paix, la lutte pour la cohésion sociale, la lutte pour emmener les Ivoiriens à s’asseoir autour d’une table pour régler leurs problèmes et ça c’est le combat qui m’intéresse. Parce que c’est ce que m’a enseigné notre père a tous Laurent Gbagbo ».

« Tous avaient abandonné Simone Gbagbo pour Nady Bamba, c’est Paul Madys qui a été là pour lui manifester sa reconnaissance à travers l’organisation d’une série de grands événements dans toute la Côte d’Ivoire »

Et d’ironiser : « Koné Boubakar peut augmenter le nombre de ses loubards pour me poursuivre, peut s’agiter parce que j’ai été présent aux obsèques de la mémé Gado Marguerite parce qu’elle ne voulait pas que j’y sois, moi Paul Madys je n’en ai que faire. Ce sont eux qui ont des choses à se reprocher ».

Etalant son soutien indéfectible à l’ex-première dame, il a déclaré : « Tous avaient abandonné Simone Gbagbo pour Nady Bamba, c’est Paul Madys qui a été là pour lui manifester sa reconnaissance à travers l’organisation d’une série de grands événements dans toute la Côte d’Ivoire ».

L’artiste chanteur dit avoir la conscience tranquille, même si l’on l’empêche de voir sa « mère », car selon lui, le couple Laurent Gbagbo sait qu’il a fait sa part maintenant chacun est libre de l’aimer ou le dénigrer, le salir, l’humilier, le vilipender, le détester, il n’a pas à le justifier car  le moment de parler n’est pas encore arrivé. « Dieu sait et le couple Laurent Gbagbo sait que même dans la mort ou ceux qui s’agitent aujourd’hui l’avaient abandonné, j’ai été là et cela me suffit. Dieu nous garde », a-t-il conclu.

Prince Beganssou

Marie-Odette Lorougnon au procureur Adou : « Ouattara partira, mais toi tu resteras ici avec nous »