Santé : le gouvernement ivoirien durcit le ton, 1022 structures sanitaires privées fermées pour illégalité

Le gouvernement ivoirien a annoncé, lors du Conseil des ministres du 6 décembre 2023, la fermeture des 1022 structures sanitaires privées qui ne disposent d’aucun document administratif et exercent dans l’illégalité.

Cette décision a été prise en raison des risques sanitaires qu’elles représentent pour la population.

Les structures sanitaires concernées sont celles qui ne disposent pas d’une autorisation d’exercice, d’une licence d’exploitation, d’un agrément ou d’une attestation de conformité. Elles sont également celles qui ne respectent pas les normes de qualité et de sécurité sanitaire.

Les responsables de ces structures seront poursuivis en justice pour exercice illégal de la médecine et de la pharmacie.

Cette décision du gouvernement est saluée par les professionnels de la santé qui dénoncent depuis longtemps la prolifération des structures sanitaires clandestines en Côte d’Ivoire. Ces structures, qui représentent une part importante du secteur de la santé privée, constituent un danger pour la santé des patients.

LIRE AUSSI: Présidence du PDCI : Tidjane Thiam sollicite les bénédictions du Cosim

Elle est également soutenue par les associations de consommateurs qui estiment que le gouvernement doit prendre des mesures pour protéger la santé des populations.

La fermeture des 1022 structures sanitaires privées devrait permettre de réduire les risques sanitaires en Côte d’Ivoire. Elle devrait également contribuer à améliorer la qualité des soins dispensés par les structures sanitaires privées.

LIRE AUSSI: Côte d’Ivoire : le pays de la zone CFA qui compte le plus de millionnaires en 2023 selon Africa Wealth Report

Cependant, il est important de noter que cette mesure ne suffira pas à résoudre le problème de la prolifération des structures sanitaires clandestines. Le gouvernement doit également mettre en place des mesures de contrôle et de répression pour dissuader les personnes de s’installer dans le secteur de la santé sans les qualifications et les autorisations nécessaires.

Written by Colombe Blanche

Sécurité routière en Côte d’Ivoire : les fêtes de fin d’année, une période à risque

Niger et Mali : fin des conventions fiscales avec la France