Travail des enfants en Côte d’Ivoire: voici ce que dit le dernier rapport du gouvernement américain

Le dernier rapport du département du Travail des Etats-Unis d’Amérique sur le travail des enfants reconnait des « efforts significatifs » accomplis en Côte d’Ivoire.

La Côte d’Ivoire a reçu en 2018, la plus haute évaluation des avancées significatives, et fait partie des 12 pays qui ont obtenu ce rang sur un total de 134 pays évalués, note ce rapport dont YECLO.com a reçu copie des grandes lignes mercredi.

Il précise également que le pays a également franchi une autre « étape importante », à savoir qu’il a reçu la plus haute évaluation durant six années consécutives.

Ce document est publié quelques semaines après la visite de travail de la Première dame ivoirienne, , présidente du Comité national de surveillance des actions de lutte contre les pires formes de travail des enfants (CNS), à Washington.

LIRE AUSSI: Téhini: 2 enfants meurent d’une intoxication alimentaire

Comme progrès réalisés, le rapport cite, entre autres, la ratification, par la Côte d’Ivoire, de diverses conventions internationales, dont la convention n° 138 de l’OIT sur l’âge minimum d’admission à l’emploi, la Convention n° 182 de l’OIT sur l’interdiction des pires formes de travail des enfants et l’action immédiate en vue de leur élimination, la Convention des Nations Unies relative aux Droits de l’Enfant (CDE).

Il cite également la prise d’initiatives gouvernementales comme l’école est obligatoire pour tous les enfants de 6 à 16 ans, l’école publique est gratuite, l’interdiction de la traite et le travail des enfants.

LIRE AUSSI: Côte d’Ivoire: 76 milliards pour lutter contre le travail des enfants

Le rapport recommande par ailleurs à l’Etat ivoirien,  un renforcement des capacités opérationnelles des acteurs et services en charge de l’application des dispositifs contre le travail des enfants, notamment les inspecteurs du travail.

Il faut également « veiller à ce que toutes les structures de coordination fonctionnent comme prévu et soient en mesure de remplir leurs missions, améliorer la coordination en matière de collecte des données au niveau des ministères et au niveau des régions, veiller à ce que toutes les politiques existantes soient mises en œuvre comme prévu, et intégrer des stratégies d’élimination et de prévention du travail des enfants dans toutes les politiques pertinentes », ajoute le rapport.

Personnalités liées avec l’article