Tiken Jah met en garde : « Si Ouattara veut briguer un 3è mandat, il nous trouvera sur son chemin »

Entre Alassane Ouattara et Tiken Jah Fakoly, le courant ne passe plus
Entre Alassane Ouattara et Tiken Jah Fakoly, le courant ne passe plus

L’artiste ivoirien met en garde contre un 3è mandat de Ouattara. « Si le président Ouattara veut briguer un troisième mandat il nous trouvera sur son chemin », a-t-il confié à Abidjan.net.

Tiken Jah Fakoly est présent en Côte d’Ivoire depuis hier et déjà il faut parler de lui. « Si le président Ouattara veut briguer un troisième mandat, il nous trouvera sur son chemin », a-t-il confié. La question du troisième mandat d’ est posée depuis quelque temps, quand l’un de ses conseillers, l’ancien ministre Cissé Bacongo a laissé entendre qu’elle n’était pas contraire à la constitution.

Sans doute, influencé par les thèses de conservation du pouvoir défendues, de son conseiller juridique, le président ivoirien, élu une première fois, en 2010, puis en 2015, laisse désormais planer le doute sur sa candidature en 2020, alors qu’il s’était engagé à ne pas le faire, avant et après la réforme constitutionnelle de 2016.

Nouveau Sénat ivoirien : Un recul démocratique de 70 ans ! (André Silver Konan)

Celle-ci n’avait pas touché le verrou de la limitation du mandat présidentiel à deux, ce qui fait dire à plusieurs intellectuels anti-3è mandat, comme l’analyste politique André Silver Konan, qu’il n’existe pas une nouvelle norme qui puisse activer la non-rétroactivité de la loi. D’autres observateurs pensent que c’est une stratégie du président ivoirien, pour maintenir ses propres troupes dans les rangs.

« Le  est inutile, et nous sommes prêts à battre le pavé avec l’opposition pour faire annuler cette élection des membres du  »

Au premier semestre 2017, une série de mutineries avait secoué les casernes militaires, en toile de fond: une crise de succession, entre dauphins potentiels du chef de l’Etat, à savoir le premier ministre , le président de l’assemblée nationale et le ministre de la défense, . Tous membres du Rassemblement des républicains (RDR, parti présidentiel).

Tiken Jah Fakoly qui vit à Bamako, depuis plusieurs années, s’est aussi prononcé sur la question du Sénat, créé par une ordonnance présidentielle jugée illégale par plusieurs intellectuels et opposants. « Le sénat est inutile, et nous sommes prêts à battre le pavé avec l’opposition pour faire annuler cette élection des membres du sénat ».

Elvire Ahonon

A lire aussi: Bédié et Ouattara ont longuement échangé au téléphone, après des mois de tension