Bédié, son souhait quelques années avant sa mort

Mamadou Traoré, le conseiller de Guillaume Soro, raconte le souhait de Bédié quelques années avant sa mort.

En 2019,après sa démission de l'Assemblée Nationale, mon leader éclairé et nous ses lieutenants, nous nous sommes rendus à Daoukro chez Bedié.

Pendant qu'il nous faisait visiter son caveau familial,Dieu m'ait témoin, Bedié a dit ceci à Guillaume Soro : »Mon fils, voici où répose ma mère.C'est ici, juste à côté d'elle ,que je voudrais que tu m'enterres un jour. Ma plus grande joie serait que tu m'accompagnes avec mes enfants dans ma dernière demeure. « 

J'étais juste derrière eux,avec certains élus du PDCI, quand Bedié prononcait ces paroles.

Malheureusement, ce vœux de Bedié ne pourra pas être réalisé parce que Guillaume Soro est en exil, loin de sa terre natale.

C'est en étant loin qu'il assistera,peut-être, aux obsèques de celui qui fut pour lui un père adoptif, bienveillant et protecteur.

Il n'aura pas l'occasion de l'enterrer comme ce dernier l'avait souhaité.

C'est également en étant en exil ,en Janvier 2001, que Guillaume Soro n'a pas pu assister aux obsèques de son père biologique Soro Clément. Cet exil qu'il a fait pour la cause de celui qui l'y a contraint aujourd'hui .Guillaume Soro venait de défendre, comme beaucoup de jeunes du RDR, la résidence du Président de ce parti qui devrait être attaquée.

Après cela,sa tête avait été mise à prix. Cette année là, Soul To Soul, presque son frère de sang, celui qui pouvait enterrer son père après lui, était en prison, toujours pour la cause de celui qui l'a fait jeter aujourd'hui en prison. En effet, en allant défendre la résidence d'Henriette Diabaté qui avait été attaquée, suite au boycott de l'élection législative par le RDR, il a été arrêté avec Philippe Kaboré, le fils de cette dernière, tabassé à la RTI et à l'école de police, pour ensuite être jeté à la MACA.

LIRE AUSSI: Régionales et municipales 2023 dans le haut Sassandra: Gouali Dodo du RHDP, « nous voulons une campagne apaisée »

C'est le jeune frère de Guillaume Soro, Simon Soro, alors élève, qui s'est chargé, sans aucun appui du RDR, d'enterrer dignement leur père.

En exil, Guillaume Soro, recherché par la police , n'a pas pu venir voir son père qui le réclamait sur son lit de mort. Ce dernier est mort dans les bras de Soro Simon sans avoir vu son fils qu'il cherissait tant.

Quelle douleur !

N'avoir pas eu l'occasion d'enterrer son père biologique parce qu'étant en exil et n'avoir pas l'occasion d'enterrer son père adoptif parce qu'étant également en exil.

LIRE AUSSI: Évacuation des Américains du Niger, Washington juge qu'il y a encore « une petite fenêtre de tir » pour la diplomatie

Et son frère Soul To Soul qui devrait l'aider à enterrer son père adoptif est en prison. Comme en 2001.

J'imagine la grande douleur qui l'etreint en ce moment.

N'est ce pas Bedié lui même qui disait que les grandes douleurs sont muettes ?

En ce moment, la grande douleur de mon leader Guillaume Soro est muette.

Perdre un père et ne pas pouvoir l'enterrer comme ce dernier l'avait souhaité.

Quelle douleur que cela peut engendrer!

Yako à toi mon leader Guillaume Soro.

Paix à ton âme Bedié.

Je présente toutes mes condoléances à la famille biologique et politique de Bedié.

Written by Mamadou Traoré

VIDEO : un homme de Dieu avait annoncé la mort de Bédié

La guerre des héritiers aura-t-elle lieu au PDCI après la mort de Bédié ?