Gagnoa : libération d’un des infirmiers détenus suite à la mort d’un patient

L’infirmier Koné Bangaly, l’un des trois agents du CHR de Gagnoa, écroués à la prison civile Gagnoa, après la mort d’un patient vient d’être libéré.

« Aucune charge n’a été retenue contre lui », a indiqué M. Yohou, qui a affirmé que la libération de l’infirmier a eu lieu mercredi. « J’ai eu à échanger avec lui au téléphone hier (mercredi)», a-t-il dit, reprenant la joie mêlée d’amertume dans la voix de M. Koné, « heureux » de recouvrer la liberté, mais « triste » d’avoir abandonné ces deux collègues derrière les barreaux, a-t-il rapporté.

« On peut leur a reprocher des fautes professionnelles et non pénales et c’est ce que nous ne cessons de plaider »

Le procès est prévu pour se tenir mardi au tribunal de Gagnoa, a-t-on appris, pour l’éducateur spécialisé Douyou Nabo Paul qui avait, sur recommandation du patient, accompagné ce dernier hors de l’hôpital, ainsi que l’infirmière , mère  d’un bébé de deux ans et actuellement enceinte.

Les trois vigiles en poste à l’entrée du Chr le 03 mai, jour du drame, avaient eux été purement et simplement relaxés après trois jours de garde à vue.

A LIRE AUSSI : Six personnes du corps médical du CHR de Gagnoa arrêtées pour le décès d’un patient expulsé sans soins

D’ailleurs, une manifestation dans la cour du commissariat du premier arrondissement de Gagnoa ainsi qu’une perturbation des consultations et prises en charges des patients, par les agents de santé, dont des infirmiers et techniciens de laboratoires avaient également été organisées, pour protester contre l’arrestation et le déferrement de ces trois agents.

« On peut leur a reprocher des fautes professionnelles et non pénales et c’est ce que nous ne cessons de plaider », a estimé le président Yohou Zahui, satisfait de la sortie de sortie d’un des trois incarcérés.

Personnalités liées avec l’article