Ghana VIH : stop à la stigmatisation !

Le ne pourra pas mettre fin au VIH sans mettre fin à la stigmatisation associée à la maladie selon la Secrétaire générale de la présidence ghanéenne.

La secrétaire générale de la présidence ghanéenne, , a appelé dimanche 1er décembre 2019 à un effort concerté de toutes les parties concernées pour lutter contre la stigmatisation liée au VIH.

Le Ghana ne peut pas mettre fin au sida sans mettre fin à la stigmatisation et à la discrimination qui y sont associées, a-t-elle dit à Accra à l’occasion de la .
Célébrée chaque année le 1er décembre, cette journée vise à attirer l’attention sur la pandémie du VIH, à faire le point des défis à relever et à honorer les personnes décédées des suites du sida.

LIRE AUSSI : En Côte d’Ivoire, la prévalence au niveau du Sida est passée de 4,7% en 2005 à 2,9% en 2018

Selon Madame Akosua Frema Osei-Opare, près de 40 ans après le début de l’épidémie, des attitudes discriminatoires continuent de marginaliser les personnes vivant avec le VIH.
« Stigmatiser ou discriminer un individu sur la base d’un problème de santé auquel nous sommes tous vulnérables, est un affront déplorable à notre dignité collective en tant qu’humain », a-t-elle déclaré.

LIRE AUSSI : Ghana: Damana Pickass fait des dons au camp de Ampain

, ambassadeur du VIH au Ghana, a également appelé les Ghanéens « à vaincre la stigmatisation » des personnes vivant avec le VIH. « Acceptez des amis séropositifs sur votre lieu de travail et mangez avec eux », a-t-il dit. « Le VIH n’est pas une malédiction ».
, directeur général par intérim de la Commission ghanéenne du sida, a appelé les communautés à se joindre à la lutte contre le sida et à lutter efficacement contre cette épidémie.
La directrice de l’ONUSIDA au Ghana, , a assuré que l’organisme onusien restait déterminé à mettre fin à l’épidémie de sida et à atteindre les Objectifs de Développement Durable (ODD) à l’horizon 2030.

LIRE AUSSI : La Côte d’Ivoire et le Ghana délimitent leur espace maritime

Le Ghana a fait beaucoup de progrès dans la riposte nationale au VIH, en maintenant une prévalence faible de 1,7% et en réduisant les nouvelles infections de 22% au cours des neuf dernières années, selon un rapport national datant de 2018.

Personnalités liées avec l’article