Gon a-t-il ses chances contre Soro en 2020?

Guillaume Soro est bien déterminé à défendre ses positions face à Amadou Gon Coulibaly, son grand rival
Guillaume Soro est bien déterminé à défendre ses positions face à Amadou Gon Coulibaly, son grand rival

Quels sont les atouts et les faiblesses d’, candidat probable du pour la présidentielle de 2020 en Côte d’Ivoire.

Si Ouattara n’y va pas, comme il le laisse entendre, alors ce pourrait être Amadou Gon Coulibaly. Celui que ses partisans appellent affectueusement « le lion » pourrait-il être un bon cheval pour le RHDP ?

A – Faiblesses :

1 – Sa santé

Sans qu’on en ait formellement la preuve, il se murmure dans les chaumières qu’il aurait une santé assez précaire. Si c’est avéré, au pire cela pourrait le disqualifier, au mieux, ce serait une situation dirimante car il est difficile de parcourir le pays durant plusieurs mois de campagne et de precampagne sans en payer un lourd tribu medical.

2 – le bilan social du RHDP

Le chantier de la réconciliation nationale est loin d’être achevé, de nombreux ivoiriens vivent encore dans des camps de réfugiés à l’étranger. La réduction du coût de la vie n’est pas effective, pas plus que la baisse du chômage, de la corruption et de l’insécurité. La justice et les médias d’Etat sont toujours caporalisés. À moins de régler ces fléaux avant octobre 2020, il aura du mal à convaincre les ivoiriens qu’en 9 ans de pouvoir le RHDP n’ait pas pu solutionner ces problèmes essentiels et qu’il lui faudra un ou deux mandats supplémentaires pour y arriver.

3 – une image non sympathique

Gon Coulibaly donne de lui l’image d’un technocrate froid, hautain, cassant et inaccessible. Il est inexistant sur les principaux réseaux sociaux et pour l’heure ne développe pas une stratégie de communication qui pourrait laisser présager qu’à 1 an de la présidentielle de 2020 il envisagerait même de concourir.

4 – Il n’a pas un bastion personnel

De ce qu’on entend ça et là il a un commerce difficile avec les populations de , localité dont il est le maire, plus pour y avoir été candidat du RHDP qu’intuitu personae. Est-ce possible d’avoir un destin national lorsqu’on a pas soi-même un bastion local imprenable ? Rien n’est moins sûr.

LIRE AUSSI: Adjoumani répond à Soro: « la Côte d’Ivoire ne brûlera pas »

5 – il n’est pas rassembleur

De toute évidence, contrairement à Ouattara, il ne fait pas l’unanimité au sein du RHDP et sa candidature pourrait entraîner celle de dissidents telles que Mabri Toikeusse ou, ce n’est pas exclu, celle de . Il lui serait difficile d’être au 2ème tour s’il n’arrivait pas à faire l’union sacrée autour de sa personne, notamment au regard de la guerre froide interne entre Malinkés et Sénoufos.

6 – un faible positionnement à l’international

Visiblement, il n’a pas profité de son poste de 1er ministre pour se tisser un solide réseau relationnel à l’international. Compte tenu du positionnement géostratégique de la Côte d’Ivoire cela peut s’avérer être un frein à ses ambitions présidentielles.

7 – Manque de charisme

Face à des candidatures de Gbagbo et/ou de Bedié il ne ferait pas le poids. En réalité, intuitu personae il est très peu connu en zone rurale, au même titre qu’un Billon et autres , qui sont plus des phénomènes issus des réseaux sociaux qu’ayant un rapport affectif ou personnel avec la grande majorité des populations ivoiriennes.

B – Atouts

1 – Assise nationale

Le RHDP est aujourd’hui un parti qui a incontestablement une implantation nationale. Même à l’ouest du pays il a opéré une vraie percée, profitant de la guerre de positionnement interne du FPI. Cela lui permettra de glaner une bonne part de marché électorale dans cette partie du pays.

2 – Moyens financiers

En tant que candidat du RHDP, le parti au pouvoir, il est assis sur un tresor de guerre financier, d’autant qu’il dispose, à satiété, de la caisse de l’Etat. Compte tenu de la relative paupérisation des populations c’est un facteur qui vaut son pesant d’or lors des campagnes, notamment pour le achats des consciences.

LIRE AUSSI: Abinan Pascal: « nous sommes au RHDP pour travailler et non pour manger »

3 – les médias d’Etat

Le contrôle des médias d’Etat (Rti radio et télé et également Frat Mat) est un atout pour tout candidat au pouvoir. C’est un puissant outil de propagande politique, notamment auprès des populations rurales ou des populations analphabètes qui croient dur comme fer ce qu’elles y voient et entendent.

4 – Forte implantation au nord du pays

En tant que candidat du RHDP i bénéficiera de l’électorat captif du nord qui, dans sa grande majorité, ne jure que par ce parti politique. C’est un atout non négligeable d’autant que cette domination au nord pourrait être consolidée avec ses nouveaux bastions au centre du pays.

5 – Un bilan défendable

En dehors du bilan social qui est plus que mitigé, le RHDP peut se prévaloir d’un bilan économique assez flatteur, notamment en ce qui concerne les infrastructures et les superstructures routières. Ce sont des éléments qui ne laissent pas insensibles les populations dans leur ensemble, tant urbaines que rurales. Le candidat Gon pourrait donc bénéficier des dividendes politiques de ces réalisations qui on apportées un mieux vivre dans certaines régions du pays.

LIRE AUSSI: Le pro-Soro, Kader Diarrassouba‎: « Adou Richard ne voit-il pas ceux qui profanent le domicile des vivants en y versant du sang? »

6 – Un excellent technocrate

Cet ancien DGA du BNETD, à l’époque du , sait ce qu’est la gestion d’un Etat et a une parfaite connaissance technique des rouages et des grands dossiers de l’Etat. En plus d’être un ingénieur des TP il a également une bonne maîtrise des questions et enjeux économiques qui gouvernent les relations financières internationales. Autant d’atouts qui en font un homme d’Etat.

LIRE AUSSI: Aka Aouélé: « il n’y pas de raison que les Bétibé n’embarquent pas dans le navire RHDP »

7 – l’apport des ex cadres dissidents du PDCI

Ils sont nombreux, les cadres du PDCI qui battent désormais pavillon RHDP, à l’instar de Aka Aouelé, Adjoumani ou Achi Patrick. Cela permettra clairement au candidat du RHDP d’opérer une percée électorale dans des zones qui n’étaient pas au nombre de ses bastions traditionnels.

8 – sa jeunesse

À 60 ans, il est relativement jeune. C’est également un fin orateur et un haranguer de foule. C’est un atout qui peut faire la différence face à certains candidats qui sont incapables de tenir un discours lors d’un meeting sans lire des notes préalablement rédigées, une attitude qui n’est guerre séduisante auprès de l’électorat jeune.

9 – Le soutien du mentor

Il a la confiance de Ouattara. Un atout déterminant pour récupérer l’électorat captif du RHDP et au delà.

Personnalités liées avec l’article