Présidentielle au Niger : la Cour Constitutionnelle valide la victoire de Bazoum Mohamed

La Cour Constitutionnelle a validé le 21 mars 2021 la victoire de Bazoum Mohamed pour la présidentielle du 21 février.

La Cour Constitutionnelle a confirmé, avec quelques différences près et après avoir épuisé les recours déposés par les deux candidats, les résultats globaux provisoires proclamés le 23 février dernier par la Commission électorale nationale indépendante (CENI, Institution en charge d'organiser les élections) et qui donnaient vainqueur le candidat du Parti nigérien pour la démocratie et le socialisme (PNDS Tarayya, au pouvoir), Mohamed Bazoum.

Selon les résultats de la Cour Constitutionnelle, M. Bazoum  est élu Président de la République après avoir recueilli 2.492.049 voix, soit 55,66% des suffrages exprimés valables, contre 1.983.070 de voix pour son challenger, du Renouveau démocratique et républicain (RDR Tchanji, Opposition).

LIRE AUSSI : Tentative de sabotage des examens blancs à Tanda : les corps habillés sur le terrain

Le Président élu Bazoum Mohamed succédera ainsi au Président Issoufou Mahamadou le 02 avril, date prévue pour son investiture.

Quelque 4.684.572 sur les 7.446.556 électeurs nigériens inscrits se sont déplacés dans 25.830 bureaux de vote, soit un taux de participation de 62,91%.

Suite à la proclamation des résultats globaux provisoires, des violentes manifestations ont particulièrement émaillé la capitale Niamey sous fond de protestation, de pillage de biens publics, de dégradation d'édifices, etc.

LIRE AUSSI : Un proche de Soro révèle « l'arme » de Chris Yapi pour casser le RHDP

Plusieurs centaines de personnes dont l'opposant sont actuellement arrêtées et déférées au parquet. Elles sont poursuivies pour un ou plusieurs chefs d'infractions dont, entre autres, incendie volontaire de lieu habité, attroupement armé, vol en réunion avec arme et violence par effraction, dégradation d'édifices, de véhicules, d'objets mobiliers, violence exercée sur les agents des forces de l'ordre, rébellion, coups et blessures volontaires avec armes.

Ces personnes sont également poursuivies pour complot contre l'autorité de l'Etat, propagande à caractère racial, régionaliste ou religieux, complicité d'incendie volontaire des maisons d'habitation, de meurtre, de dégradation des biens publics et privés et des véhicules, de vol en réunion, etc.

Written by Véronique Fortes

Grand-Bassam : coupure d’eau ce 23 mars 2021

Occupations anarchiques à Cocody : la mairie casse les maquis à la 7ème tranche