Le monde fait face à une lutte ardue pour les droits des enfants dans le contexte de pandémie, de conflits et de pauvreté (REPORTAGE) – Actualités 19/11/2020

avion

ACTUALITES , 19 (Yeclo avec Xinhua) — Margaret Mwanza, une Zambienne de 11 ans, est très heureuse ces jours-ci, car elle peut enfin retourner à l'école non seulement pour acquérir des connaissances, mais aussi pour prendre un repas chaud, probablement le seul du jour.

« Pour les pauvres, le manque d'accès à l'éducation n'est pas la seule conséquence inquiétante de la pandémie de . La fermeture des écoles a signifié que les enfants ont été privés de gains nutritionnels », confie sa mère, Judith Mwanza.

Margaret n'est que l'un des nombreux enfants dans le monde qui traversent plus de difficultés et de souffrances dans le contexte de cette pandémie qui fait rage. Si l'on met de côté le grand nombre de personnes infectées ou même tuées par le virus, le COVID-19 plonge également davantage d'enfants dans la pauvreté et une médiocre éducation, des crises déjà préexistantes à la pandémie.

Alors que le monde célébrera vendredi la Journée mondiale de l'enfance, comme chaque 20 novembre, il est communément admis que la communauté internationale doit immédiatement ses forces pour sauver les enfants des diverses crises les touchant et bâtir un avenir meilleur pour chacun d'eux.

VICTIMES DE LA PANDEMIE

« Il s'agit d'une crise universelle et, pour certains enfants, l'impact durera toute la vie », a averti le Fonds des pour l'enfance () dans un rapport publié en octobre dernier.

Un tel impact est tout d'abord évident par le nombre d'enfants infectés par le virus mortel. Par exemple, à la suite de la réouverture des écoles, plusieurs africains ont connu une flambée des infections chez les élèves.

Et la situation est à peine meilleure dans des pays développés tels que les . Selon un rapport publié lundi par l'Académie américaine de pédiatrie (AAP) et l'Association des hôpitaux pour enfants, plus d'un million de jeunes Américains ont été infectés en date du 12 novembre, soit 11,5% du total.

Au cours de la semaine dernière, près de 112.000 cas d'infection chez des enfants ont été signalés, de loin l'augmentation hebdomadaire la plus élevée depuis le début de la pandémie, selon le rapport.

« En tant que pédiatre qui pratique la médecine depuis plus de trois décennies, je trouve ce nombre stupéfiant et tragique », a déclaré la présidente de l'AAP, Sally Goza, dans un communiqué.

Outre les dangers induits par ce fléau, la vie des enfants est également profondément modifiée dans d'autres aspects.

Environ 150 millions d'enfants de plus vivent dans une pauvreté multidimensionnelle en raison de la pandémie, a observé l'UNICEF dans son rapport, ajoutant que le pourcentage d'enfants n'ayant pas accès à l'éducation ou à des soins passera de 47% à 56% dans la période post-pandémique.

Selon un rapport rendu public en mai dernier par l'ONG Save the Children, près d'un enfant sur quatre subissant le confinement, les restrictions sociales et les fermetures d'écoles engendrés par le COVID-19 est confronté à des sentiments d'anxiété, avec beaucoup risquant de souffrir d'une détresse psychologique durable.

Les impacts physiques et mentaux peuvent être les plus dommageables pour les enfants dans les zones les plus pauvres. Un nouveau rapport de l'UNICEF en novembre montre que le COVID-19 suspend l'éducation de plus de 137 millions d'enfants, soit 97% des écoliers, en Amérique latine et aux ïbes. Une étude de la datant d'il y a quelques mois a averti que pendant la pandémie, le taux de pauvreté chez les mineurs irakiens allait augmenter de 15,8 points de pourcentage.

La Brookings Institution a récemment rapporté que si 90% des enfants des pays développés se sont adaptés aux plateformes d'apprentissage à distance, moins de 25% de ceux en ont accès à pareilles plateformes.

Rogers Kasirye, directeur général de l'ONG Uganda Youth Development Link, estime que sur les quelque 1.500 enfants soutenus par son organisation, 60% ont dit avoir été victimes d'exploitation sexuelle pendant le confinement en échange d'une distribution de nourriture.

« Nous avons reçu des appels de détresse de la part de certains de nos jeunes que nous servons quotidiennement dans nos centres, disant que la vie était devenue insupportable. Il y avait beaucoup de faim et des violences infligées aux enfants », selon lui.

DES CRISES CHRONIQUES

Malheureusement, la pandémie de n'est pas la seule menace à laquelle les enfants doivent faire face.

D'après son rapport d'octobre, l'UNICEF note qu'environ 45% des enfants dans le monde ont été sévèrement privés d'au moins un de leurs besoins essentiels, lesquels vont de l'éducation aux soins de santé en passant par le logement, la nutrition, les équipements sanitaires ou encore l', ceci même avant que la pandémie ne frappe le monde.

« Près de 14 millions d'enfants n'ont reçu aucun vaccin en 2019. De plus, près de 6 millions d'enfants ont reçu certains vaccins, mais pas tous, nécessaires pour une protection complète contre de nombreuses maladies mortelles », s'alarme le rapport.

La crise sanitaire laisse environ 4,2 millions d'enfants de moins de cinq ans dans 124 pays à revenu faible ou intermédiaire avec des niveaux d'oxygène extrêmement bas chaque année, selon une récente étude menée conjointement par l'UNICEF, l'Initiative Clinton pour l'accès à la santé, l'ONG Save the Children et l'Institut Murdoch de recherche pour enfants.

En outre, une autre étude de l'UNICEF et de la Banque mondiale parue en octobre montre qu'un enfant sur six dans le monde, soit 356 millions, vivait dans une pauvreté extrême même avant la pandémie.

Selon l', la guerre qui persiste au fait que deux millions d'enfants de moins de cinq ans sont sous-alimentés et en a forcé deux millions à abandonner toute éducation, beaucoup n'ayant jamais pu retrouver le chemin de l'école en plus de cinq ans.

Quant aux plus chanceux d'entre eux, les cours sont donnés sous des tentes, des huttes au toit de paille ou même sous des arbres. Ces enfants sont également confrontés à une pénurie d'enseignants, de matériel pédagogique et d'autres infrastructures nécessaires, toujours d'après l'ONU.

« Nous sommes confrontés à un problème d'illettrisme en raison de l'interruption de l'enseignement pendant les années de guerre (…) Il y a aujourd'hui des enfants de 10 ans ou plus qui ne savent pas lire », a confié à Xinhua Abdallah Moutanbek, directeur d'une école dans le nord du Yémen.

Les enfants souffrent également d'intimidation et de comportements encore plus violents.

Près de 20% des enfants de 10 à 15 ans en et au Pays de Galles, soit quelque 764.000 écoliers, ont été victimes d'une forme d'intimidation en ligne au cours de l'année fiscale échue en mars dernier, a indiqué lundi le Bureau des statistiques ().

Le nombre de harceleurs identifiés en école primaire, au collège et au lycée au , ainsi que dans les écoles de soutien spécial, a atteint un record de 610.000 en 2019, selon une enquête publiée récemment par le ministère japonais de l'Education.

APPEL A LA SOLIDARITE

« Le 20 novembre, les enfants réimagineront un monde meilleur. Que feras-tu? » demande l'UNICEF sur son site web.

En effet, alors que l'année 2020 suscite de plus en plus d'inquiétudes quant aux conditions actuelles de l'enfance, il est communément admis que le monde devrait s'unir et en faire plus pour protéger les enfants.

De nombreux pays, organisations et entreprises ont déjà pris des engagements et des mesures. En tant que grande puissance responsable, la a fait don de fournitures médicales anti-COVID-19 aux femmes et aux enfants de 53 pays africains par l'intermédiaire de l'Organisation des Premières dames d'Afrique pour le développement.

La Chine a également envoyé des médecins dans les pays les moins avancés du monde pour soigner les enfants qui y développent de graves symptômes du COVID-19 tout en souffrant de malformations congénitales et de . Elle a aussi apporté son aide financière et son expertise aux efforts de réduction de la pauvreté dans d'autres pays.

Lors du 12e sommet des BRICS, les cinq principales économies émergentes (Brésil, , , Chine et ) ont exprimé mardi leur inquiétude face au défi croissant que représente la protection des enfants contre l'exploitation sexuelle en ligne et d'autres contenus préjudiciables à leur santé et à leur développement. Elles ont dit se réjouir à l'idée de renforcer leur coopération pour développer des initiatives visant à garantir la sécurité des enfants sur le web.

En avril dernier, l'UNICEF et ont annoncé l'extension du Learning Passport, une plateforme mondiale d'apprentissage destinée à aider les enfants et les jeunes à poursuivre leurs études à la maison. Le Kosovo, le Timor-Oriental et l' ont été les premiers à déployer des programmes d'études en ligne via cette plateforme.

Le mois suivant, l'UNICEF a annoncé un autre partenariat avec l'opérateur de téléphonie mobile Airtel pour aider à fournir un accès à l'apprentissage en ligne à environ 133 millions d'enfants en âge d'être scolarisés dans 13 pays d'Afrique subsaharienne touchés par les fermetures d'écoles pendant la pandémie.

Pour marquer la Journée mondiale de l'enfance, des monuments et des bâtiments emblématiques de l'Inde s'illumineront en bleu en signe de solidarité avec les et contre l'impact du COVID-19 sur leur vie.

Il est possible de faire beaucoup plus. Selon l'UNICEF, les gouvernements du monde entier doivent adopter un plan en six points pour garantir que tous les enfants apprennent, aient un accès égal aux services de santé et de nutrition, en particulier aux vaccins, à l'eau potable et à l'hygiène, éliminent les abus, les violences sexuelles et la pauvreté, et qu'ils reçoivent un soutien en cas de conflit, de catastrophe et de déplacement.

« Il est essentiel de s'attaquer à la pandémie mondiale de COVID-19. Cependant, d'autres maladies mortelles menacent également la vie de millions d'enfants dans certaines des régions les plus pauvres du monde. C'est pourquoi nous lançons aujourd'hui un appel urgent à une action mondiale des dirigeants des pays, des donateurs et des partenaires », a déclaré dans un communiqué la directrice générale de l'UNICEF, . Fin

Written by Yeclo avec Xinhua

Une convention pour la mise en forme des Fonds de garantie des crédits aux PME – Actualité ivoirienne 19/11/2020

Le RASALAO-CI invite Ouattara à un dialogue inclusif avec son Opposition « dans les meilleurs délais »