Linda de Lindsay raconte les derniers instants d’Erickson le Zulu

Le témoignage de Linda De Lindsay depuis Paris après le décès d’Erickson le Zulu mort tôt ce dimanche 16 février 2020 en France.

« Je reçois un appel, on me dit vient tout de suite à l’hôpital Mondor, il est 15 heures. J’arrive, je vois le Pasteur Okia en pleine prière et à travers la vitre, j’aperçois Le Shaka du coupé décalé.

Mon Dieu ! Je fonds en décidant de participer à la prière qui prend fin à mes yeux. Je demande, il peut parler ? Pourquoi il n’a aucune perfusion nutritive à part la morphine ? On me dit c’est pas bon pour l’état de ses organes.

LIRE AUSSI : 11 août 2019, quand Soro disait : « les chars de la République sont impolis. Merci à Ouattara d’avoir acheté cet armement pour moi »

Je dis, parlons lui, Augy dit : « Le Zulu nous sommes là, il y a Abass et Lindsay », il ouvre tout de suite grandement les yeux à la recherche de notre silhouette, ce qui me rassure. Ensuite, nous prions et nous nous concertons pour soutenir la famille à l’instant.

À 22h, Ali Mannequin, Ressource, Cheky Le Noble et moi prenons congé, mais je ne suis pas tranquille et je force pour garder l’image de mon frère qui luttait, tel le vrai guerrier qu’il est pour se maintenir.

Hélas, je répète hélas le diagnostic des médecins confirme.

LIRE AUSSI : CHU de Cocody : un médecin exclu pour avoir demandé 20 000 FCFA à une malade avant tout soin

Les cieux l’ont réclamé, Yako à tous et merci pour tout Le Zulu

Merci Merci Merci. Tu sais, je sais tu es, tu resteras une belle âme, prêt pour les autres.

Je suis dévastée.

Personnalités liées avec l’article