L’union sacrée aux obsèques de Djaya Jean

Les obsèques de ont permis à ses anciens compagnons étudiants de lui rendre hommage avant son inhumation, samedi à Grand-Lahou.

La veillée d’hommage qu’ils ont organisée a permis de retrouver cette chaîne générationnelle des différents mouvements scolaires et universitaires de toutes tendances confondues. Les compagnons du Meeci, les ministres d’Etat , et , le ministre Saliou Touré, le Général Ouassenan, le député Oula Privat, les anciens de la Jpdci, Koné Mahamadou, Doumbia Tiémoko, ect. Et toute la quasi totalité des secrétaires généraux de la Fesci. D’Ahipeau Martial, Blé Guirao, Eugène Djué, Konaté Navigué, à l’actuel Sg, tous ont répondu  présents. Blé Goudé a dépêché un représentant pour la circonstance, selon Kouadio Konan Bertin (KKB).

« Un véritable agent de développement »

Mieux, des anciens  collaborateurs de Felix Houphouët-Boigny, les doyens Dona-Fologo, Bombet et Ouassenan ont également honoré de leur présence cette veillée d’hommage.  Tous  ont unanimement reconnu les qualités de leur compagnon disparu « Je réalise que Jean était un homme d’influence, un grand homme politique, il aimait faire les choses avec faste, grandeur, et avec puissance. C’était un véritable agent de développement et avait initié plusieurs projets pour Grand-Lahou » dira le ministre d’Etat Hamed Bakayoko de son frère et ami. Le doyen Dona-Fologo, lui, reconnaitra «  qu’en peu de  temps, il a marqué son passage. »

Djaya Jean a fait ce qu’il devait faire

Pour le ministre d’Etat Mabri Toikeusse, le défunt a vécu utile: « Djaya Jean a fait ce qu’il devait faire ». Les compagnons de  Djaya témoignent de lui d’autres qualités : « C’était parmi nous le plus grand fédérateur, il est le premier à porter les préoccupations des autres. Nous saluons un humaniste, un homme qui aime son prochain » poursuivra Hamed Bakayoko. Et d’inviter à l’entretien de l’héritage du défunt.

« Jean nous laisse l’esprit de rassemblement, une  famille de jeunes qui ont ensemble partager beaucoup de choses et je suis sûr que cet élan que nous ressentons en lui rendant cet hommage, cette énergie va nous porter vers d’autres lendemains meilleurs. Nous devons nous rassembler pour notre pays, nous  devons demeurer ensemble malgré nos divergences et garder le socle de la fraternité générationnelle. Car Jean nous rassemble au moment où il s’en va. »

« Que cet élan de solidarité ne s’arrête pas là »

Le ministre Constant Bombet saisira l’occasion pour donner ce conseil. « Notre souhait est que cet élan de solidarité ne s’arrête pas là et que ces bases qui sont posées autour de la mémoire de votre compagnon préfigure l’avenir d’une Côte d’Ivoire  que nous voulons harmonieuse et fraternelle. »

Personnalités liées avec l’article