Saïd Penda: « Soro sait qu’il ne sera pas candidat en 2020, sauf à vouloir, une fois de plus… »

Le journaliste camerounais Saïd Penda est revenu sur la dernière sortie de à Paris sur le taux de croissance de La Côte d’Ivoire.

Ci-dessous l’intégralité de son analyse

L’ancien président de l’Assemblée Nationale de Côte d’Ivoire semble aller d’une bêtise à une autre. Après l’humiliation de son éjection de la vice-présidence de l’Assemblée Parlementaire de la Francophonie (APF) dont il se battait pour prendre la présidence, il continue sa lente descente aux enfers et sa totale marginalisation. Voici que circule une vidéo qui devrait logiquement amener le « jeune homme » (il paraît que l’expression est une marque déposée) à revoir sa stratégie.

« La présidence de la république pour Guillaume Soro ce soit mort à jamais »

Saïd Penda

Lui qui estimait il y a moins d’un an que le pays, de par sa croissance, illustre un état dirigé par un champion et un économiste hors pair, prend aujourd’hui de manière éhontée le contre-pied de ses propres précédentes déclarations. Si on vous explique Soro et que vous compreniez c’est qu’on vous a mal expliqué…

A LIRE AUSSI : Soro à Ouattara depuis Paris: « Merci d’avoir acheté tout cet armement pour moi »

Dans une ultime tentative de sauver ce qu’il en reste encore de cet homme politique, je conseillerais gratuitement à Soro de quitter le terrain du « rien ne va ; rien n’est fait ; rien n’est bon… ». Il ne saurait être crédible dans cette posture alors qu’il a toujours encensé ce régime dont il était un des dignitaires jusqu’à son auto-éviction de la présidence de l’Assemblée Nationale.

« Soro sait qu’il ne sera pas candidat à la présidentielle de 2020 « 

Saïd Penda

Des documents existent que ses adversaires se feront le plaisir de publier pour exposer ses contradictions et l’humilier. S’il veut avoir une chance de survivre sur l’échiquier politique ivoirien, il devrait plutôt s’inscrire dans le discours du « beaucoup a été fait, mais je promets d’amener la Côte d’Ivoire encore plus loin et plus vite…».

Soro sait qu’il ne sera pas candidat en 2020

Sur ce chapitre-là au moins, il pourrait paraître un tant soit peu crédible. Mais j’ai bien peur que la présidence de la république pour Guillaume Soro ce soit mort à jamais. Poussé par des conseillers mauvais conseilleurs, ses maladresses ont succédé aux bêtises, avant qu’on s’installe dans une longue séquence de bêtises, comme si le jeune homme s’était résolument engagé sur la voix irréversible d’un suicide politique.

A LIRE AUSSI : Guillaume Soro depuis Paris: « D’ici septembre-octobre quelque chose se passera » en Côte d’Ivoire

Aujourd’hui, il se retrouve esseulé alors que la recomposition politique est en marche. Le criminel de guerre gbagbo n’en veut pas et ce fut d’ailleurs, selon nos informations, une des conditions posées par le boucher d’Abidjan, avant même d’accepter de recevoir bédié. Le fasco-xénophobe-tribaliste bédié qui s’en méfiait déjà au départ, le trouve désormais encombrant voire infréquentable.

Saïd Penda et Guillaume Soro

Du coup, il réalise de plus en plus avoir pris une mauvaise décision en quittant sa famille politique. Ce qui semble aujourd’hui évident, c’est qu’au-delà des discours et des apparences, Soro sait qu’il ne sera pas candidat à la présidentielle de 2020, sauf à vouloir, une fois de plus, se faire humilier avec un score qui pourrait difficilement atteindre 1%. 

« Plus jamais Guillaume Soro ne pourra occuper une fonction plus élevée que celle de président de l’Assemblée Nationale « 

Saïd Penda

Si l’ancien président de l’Assemblée Nationale ivoirienne n’est pas politiquement mort, il rentre de pleins pieds dans la catégorie des acteurs politiques de second plan. Il a quitté la cour des grands, pour le « grin » (groupe de causerie au Mali et en Côte d’Ivoire) des losers, ceux qui ne joueront jamais les premiers plans et dont le soutien n’est pas décisif.

A LIRE AUSSI : Mamadou Traore, pro-Soro: « attachons notre ceinture en 2020, RDR-RHDP « wawié ! »

Le jeune homme a donc rejoint le groupe des has-been et son avenir politique est désormais derrière lui. Plus jamais Guillaume Soro ne pourra occuper une fonction plus élevée que celle de président de l’Assemblée Nationale et on n’a pas besoin d’avoir fait sciences politique à Oxford ou à dans une moindre mesure à la Sorbonne pour arriver à cette conclusion.