Soro va-t-il démissionner vendredi ? Il convoque une session extraordinaire de clarification

Dans un communiqué dont nous avons reçu copie, , président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire annonce une session extraordinaire vendredi 8 février 2019.

« Monsieur Soro Kigbafori Guillaume, président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire convoque mesdames et messieurs les députés à la première session extraordinaire de l’année 2019 le vendredi 8 février 2019 à 11 heures au palais de l’assemblée nationale », indique le communiqué.

Démissionnera-t-il comme l’avait annoncé le 28 janvier dernier à l’occasion de la traditionnelle cérémonie de présentation de vœux de nouvel an de la presse nationale et internationale au Chef de l’Etat ? : « Guillaume Soro démissionnera en février, c’est entendu, c’est réglé » avait-il lâché.

« Guillaume Soro démissionnera en février, c’est entendu, c’est réglé »

Notons que pour que cette session extraordinaire soit convoquée, Guillaume Soro a fait face à de nombreuses pressions. Ce sont notamment deux entretiens téléphoniques entre le chef de l’Etat et le président de l’Assemblée nationale qui n’ont rien donné, des commissionnaires (les ministres et ) revenus bredouille le 29 janvier 2019 (Juste après l’annonce de la démission) de leur mission d’amener Guillaume Soro à signer une lettre de démission qu’ils lui auraient apportée.

Notons qu’en vacance parlementaire, les textes de l’Assemblée nationale indiquent que le président de la République peut convoquer hors session une session extraordinaire de l’Assemblée Nationale sur un ordre du jour bien précis (ici la démission), ou à défaut, les trois quart des députés peuvent demander une session extraordinaire sur un point bien précis (ici la démission). Même si la prochaine session parlementaire devrait s’ouvrir le mercredi 3 avril 2019, Alassane Ouattara a certainement misé sur cette autre perche.

A lire aussi : Procès Lobognon : Des députés PDCI et pro-Soro marchent sur le palais de justice, ils sont refoulés

Notons qu’Alassane Ouattara et celui que l’on peut désormais appeler son ex-poulain Guillaume Soro ne sont plus en odeur de sainteté. L’annonce de la démission de celui-ci de la tête du parlement ivoirien devant la presse nationale et internationale a confirmé les rumeurs. Absent de l’assemblée générale constitutive du le 16 juillet 2018, du congrès constitutif de cette formation politique le 26 janvier 2019 dans lequel s’inscrit son parti le Rassemblement des républicains (RDR) et son rapprochement avec des membres de l’opposition bien qu’étant élu RDR de la circonscription de Ferkéssédougou n’a pas été du goût de nombreux cadres et militants de la case.

« Ne pas partager ces principes et s’opposer à eux, suppose que monsieur Soro Guillaume n’est plus en phase avec les valeurs idéologiques de notre formation politique et avec celles de son président », indiquait la lettre de député de Bouaké. Sa tête et la tête de certains de ses proches sont donc mises à prix.

Roxane Ouattara

Personnalités liées avec l’article