Théodore Gnagna à Kandia: « le droit de grève est reconnue depuis 2000 en Côte d’Ivoire »

Théodore Gnagna répond à Kandia Camara qui a décidé d’interdire le droit de grève au lycée d’excellence de Grand-Bassam.

Mme la ministre de l’Education nationale a affirmé ce samedi 7 septembre 2019 que la grève est interdite au lycée d’excellence Alassane Ouattara de Grand-Bassam. Une telle déclaration mérite de notre part quelques mises au point.

La grève est un droit inaliénable de tout travailleur contenu dans les Conventions 87 et 98 sur la liberté syndicale et la protection du droit syndical, ratifiées par notre pays depuis 1961. Or la ratification soumet tout pays à une obligation d’application absolue de ces conventions, sous peine de sanction.

A LIRE AUSSI: 25 août 1958 – 25 août 2019: il y a 61 ans Sékou Touré préférait « la pauvreté dans la liberté à la richesse dans l’esclavage »

La déclaration de la ministre de l’Education nationale de façon publique met donc notre pays au banc de l’Organisation internationale du travail. Car elle remet en cause les engagements internationaux de notre pays en matière de respect des libertés syndicales, qui étaient déjà mises à mal par l’arrêté du même ministre sur l’interdiction du syndicalisme aux Directeurs d’école et la suspension continue des salaires des premiers responsables de la CNEC.

A LIRE AUSSI: Côte d’Ivoire: le 1er « hôpital des enseignants » bientôt ouvert

Le droit de grève est en plus reconnue depuis 2000 en Côte d’Ivoire comme un droit constitutionnel. En conséquence, une déclaration d’un ministre ne peut remettre en cause ce droit. Même s’il est vrai que ce droit n’est pas absolu car pouvant connaître des restrictions, il est tout aussi vrai que les restrictions au droit de grève sont contenues dans la loi ou des décrets pris à cet effet. Ainsi en Côte d’Ivoire par exemple, les Forces de Défense et de Sécurité n’ont pas le droit de grève. Certaines corporations sont par ailleurs astreintes au service minimum (Santé, Communication, Pompes funèbres, Service de ramassage d’ordures etc).

A LIRE AUSSI : L’ONU fait du 22 août la « Journée internationale pour les victimes de violences religieuses »

Les enseignants quelques soient leurs lieux d’exercices ne sont nullement concernés par les deux cas de figures de restriction du droit syndical. C’est pourquoi aussi longtemps que les problèmes qui font l’objet de grève dans le secteur éducatif vont perdurer, les enseignants de tous les lycées et collèges de Côte d’Ivoire se verront obligés de respecter les mots d’ordre de grève de leurs syndicats car ils seront bénéficiaires des retombées de ces luttes.
En revanche s’ils ont un statut particulier et il faut un décret pour cela, avec des salaires particuliers et des bulletins de salaires différents, alors ils pourront se soustraire aux luttes syndicales.