Abobo : Sit-in de femmes pour exiger la non libération de Gbagbo à quelques jours du verdict final de la CPI

Sit-in de femmes pour exiger la non libération de Gbagbo

Des victimes de la crise postélectorale ivoirienne de la commune d’ ont organisé un sit-in au rond-point du banco le mercredi 30 janvier 2019 pour exiger le maintien de et de Charles Blé Goudé à la Cour pénale internationale.

La libération et l’acquittement de Laurent Gbagbo et son poulain Charles Blé Goudé, par la Cour pénale internationale (), ne fait pas plaisir à tout le monde. En effet, des populations composées majoritairement de femmes dont certaines avaient leurs tenues à l’effigie du , ont érigé çà et là des barricades au rond-point d’Abobo-Banco perturbant ainsi la circulation sur cet axe routier important de cette commune le mercredi 30 janvier. « Si Gbagbo est innocent, qui a assassiné les femmes ? », « souvenez-vous des femmes assassinées », ainsi pouvait-on lire sur les pancartes.

« Si Gbagbo est innocent, qui a assassiné les femmes ? »

Précisons que le rond-point d’Abobo-banco est un espace hautement symbolique car c’est là où des femmes avaient été tuées en pleine crise postélectorale de 2010. Cette autre manifestation intervient après celle du mercredi 16 janvier dernier, où des victimes de la crise postélectorale avaient manifesté contre cette libération.

A lire aussi : Retour d’exil pro-Gbagbo : Le FPI appelle à « un accueil massif à la dimension de leur résistance »

Notons que le 15 janvier 2019, la Chambre de Première Instance de la cour pénale internationale (CPI), a pris la décision de libérer et d’acquitter Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé. Le mercredi 16 janvier 2019 la procureure avait fait appel de l’acquittement de Laurent Gbagbo et de Charles Blé Goudé.

Ils étaient accusés de crimes contre l’humanité suite à la crise post-électorale de 2010 au cours de laquelle il y a eu 3000 morts.

Karina Fofana