Alain Lobognon sur les fautes dans « Mon cahier quotidien CP1-CP2 »: « le ministère n’a pas voulu assumer ses fautes »

s’est prononcé sur les fautes dans « Mon cahier quotidien CP1-CP2 » en appelant Kandia Camara a mettre fin au contrat avec Nei-Ceda

Ci-dessous sa déclaration

Ces communiqués bizarres et concomitants qui donnent raison à l’Opinion… Il faut sauver l’école ivoirienne.

Parce que le Ministère de l’Education nationale n’a pas voulu assumer ces fautes élémentaires contenues dans les livrets d’apprentissage de nos écoliers, il a fallu du temps pour trouver et désigner des responsables : les éditeurs.

Ces derniers dédouanent le Ministère de l’Education nationale en Côte d’Ivoire où existent pourtant depuis l’indépendance des experts chargés de l’élaboration du contenu des livres scolaires.

A LIRE AUSSI: Côte d’Ivoire: qui est Coulibaly Kuibiert, nouveau président de la CEI ?

Est-ce à dire que ces experts n’ont pas été mis à contribution pour identifier un simple rocher ou un rez-de-chaussée? Est-ce à dire que ces experts n’ont pas été mis à contribution pour relever les grossières fautes élémentaires contenues dans ces livres du CP1 et du CP2? Où étaient les responsables de la Direction de la Pédagogie et de la Formation Continue (DPFC)???

En pareilles circonstances, il ne suffit pas de pondre deux différents communiqués pour faire porter l’entière responsabilité de ce désordre scolaire à l’éditeur. Il ne suffit pas de réclamer un erratum. Il faut aller plus loin.

A LIRE AUSSI : Gnamien Konan: « on n’a pas besoin de créer un ministère de la Riziculture en Côte d’Ivoire« 

En ma qualité de Député de la Nation, Vice-président du , j’encourage le premier responsable du Ministère de l’Education nationale, à défaut de démissionner, de mettre fin au contrat qui lie son département aux éditeurs responsables de cette humiliation nationale. C’est un minimum. Les Ivoiriens le comprendront et salueront une telle

Personnalités liées avec l’article