Côte d’Ivoire : Ouattara dissout le gouvernement, voici les ministres sur sellette

Conseil des ministres présidé par le président Alassane Ouattara, ce mercredi 27 juin 2018 à Yamoussoukro
Conseil des ministres présidé par le président Alassane Ouattara, ce mercredi 27 juin 2018 à Yamoussoukro

Le président a dissout ce mardi 4 juillet 2018, le gouvernement. La conséquence d’une grave crise entre lui et son principal allié . Côte d’Ivoire gouvernement dissous.

Ci-dessous le communiqué de la présidence de la République, lu par , secrétaire général de la Présidence et qui vise en réalité plusieurs ministres.

A lire aussi. Après la rencontre Bédié Ouattara, un futur gouvernement avec tous les ministres PDCI

« Le président de la République, Son Excellence monsieur Alassane Ouattara, a procédé ce mercredi, 4 juillet 2018, à la signature de deux décrets. Le premier décret met fin aux fonctions de monsieur , premier ministre, chef du gouvernement, ainsi qu’à celle des membres du gouvernement.

Communiqué de la Présidence sur la dissolution du gouvernement ivoirien
Communiqué de la Présidence sur la dissolution du gouvernement ivoirien

Le président de la République exprime toute sa satisfaction au premier ministre, chef du gouvernement et aux ministres sortants, pour leur importante contribution, à la mise en œuvre du programme du gouvernement, ainsi que pour leur engagement au service de la nation.

Le second décret, nomme monsieur Amadou Gon Coulibaly, en qualité de premier ministre, chef du gouvernement. Le président de la république, a instruit monsieur Amadou Gon Coulibaly, premier ministre chef du gouvernement, de lui proposer une équipe gouvernementale, constituée de personnalités issues des Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix () et de la société civile.

En attendant la mise en place du nouveau gouvernement, les membres du gouvernement sortants, sont chargés d’expédier, chacun en ce qui le concerne, les affaires courantes ».

Des ministres sur la sellette

Selon nos informations, plusieurs ministres sont sur sellette. Prioritairement, au sein du , parti qui a rejeté l’adoption des textes du RHDP, à un futur congrès dont la date n’a pas été fixée. En premier lieu, Thierry Tanoh. Ministre de l’Energie, issu du et natif de Daoukro, il n’a jamais eu les coudées franches pour diriger son ministère. Adama Toungara son prédécesseur lui mettait constamment les bâtons dans les roues. En atteste le dossier du conflit maritime avec le Ghana que celui-ci avait continué à gérer, depuis la présidence où il avait été nommé en qualité de conseiller. Tanoh n’était d’ailleurs pas à la cérémonie de lancement du mouvement de , assuré pour sa part, d’être reconduit.

« Son tort serait d’être de Bouaké, où il se dispute le leadership avec (RDR), le ministre des Transports et neveu du premier ministre Gon »

Sur la sellette aussi, , ministre des Eaux et Forêts, qui a été maintenu de justesse du gouvernement en janvier 2017, sur insistance de Bédié, son parrain. Quant à Jean Claude Kouassi, toujours issu du PDCI, son cas est en négociations. Son tort serait d’être de Bouaké, où il se dispute le leadership avec Amadou Koné (RDR), le ministre des Transports et neveu du premier ministre Gon. Koné a été contraint d’abandonner son ambition de se lancer à l’assaut du conseil régional du Gbêkê face au leadership du ministre de l’Emploi.

Quant à , elle pourrait perdre son poste du Plan, au profit d’Albert Toikeusse Mabri, qui signerait son grand retour. Le sort d’Adama Koné, ministre de l’Economie est en discussion. Le premier ministre lui préférerait son fidèle secrétaire d’Etat . Selon nos sources, le gouvernement Gon II devrait être aussi pléthorique que le précédent.

Prince Beganssou

Exclusif / Bédié dit niet aux ministres PDCI, Ouattara annule le conseil des ministres

Personnalités liées avec l’article