Côte d’Ivoire: le code électoral au centre de la rencontre CEI et Sénat

Le président de la CEI, Ibrahime Coulibaly et celui du Sénat, Ahoussou Jeannot,

Le président du , , a accordé une audience, le mardi 22 octobre 2019, au nouveau président de la , .

Pour Kuibiert Coulibaly qui vient d’être porté à la tête de la CEI, cette rencontre avec le président du Sénat a été l’opportunité pour lui de s’abreuver à l’expérience de son aîné dans la gestion des institutions étatiques, mais aussi de bénéficier de ses sages conseils pour le bon fonctionnement de la commission électorale qu’il dirige.

« Quand vous n’est pas dans une maison, vous ne pouvez pas savoir ce qui s’y passe. Il était bon que je vienne m’imprégner de son savoir. J’étais convaincu qu’en venant ici je trouverais une oreille attentive. Je repars rassurer », a-t-il justifié.

LIRE AUSSI: Ahoussou Jeannot demande la médiation des chefs du N’zi pour le retour de Bédié au RHDP

A son tour, le président du Sénat a d’abord félicité, Coulibaly Kuibiert pour son élection à la tête de la CEI et salué son initiative de se rapprocher des autres institutions de sorte à travailler en synergie  pour le bonheur des populations ivoiriennes. Ahoussou Jeannot a rassuré son visiteur de son soutien en tant que président d’institution pour une meilleure exécution de sa tâche.

LIRE AUSSI : Côte d’Ivoire – Ahoussou Jeannot: « il ne faut pas politiser l’affaire Jacques Mangoua »

« Il y a le code électoral qu’il va falloir adapter par rapport à la nouvelle constitution et à d’autres institutions qui sont créées. Pour tout ça, on a besoin du sénat, de l’Assemblée nationale, de la CEI. Tous, nous devons travailler en étroite collaboration pour pouvoir produire des textes clairs et précis pour faciliter le travail à la CEI. Notre plus grand bonheur, c’est de voir les lois que nous votons, être bien appliquées, parce qu’à partir de là, la démocratie se renforce», a-t-il soutenu.

LIRE AUSSI: Béhé Gbin à Bédié : « remplacer Ahoussou par Allah Remi est un coup d’État »

Pour terminer, le président de la deuxième chambre du parlement a exhorté les uns et les autres  à ne pas continuer à se regarder en chien de faïence sur la scène politique.  Dans cette veine, il a invité ses concitoyens à faire confiance aux institutions de la République et aux hommes qui les incarnent. Et ce, pour la stabilité et la paix dans le pays.

Personnalités liées avec l’article