Covid en France : 42 départements classés rouge

Suite au regain du covid-19 en France le gouvernement a annoncé de nouvelles mesures pour freiner l'épidémie dans le pays.

Parmi ces mesures prises à l'issue d'un conseil de défense tenu le vendredi 11 septembre 2020, à l', figurent le placement de 42 départements en zone rouge, la réduction de la durée de la quarantaine à 7 jours ou encore la priorisation des tests.

« Le conseil de défense a porté à 42 le nombre de département classés rouge, c'est-à-dire à circulation dite active du virus », a déclaré le Premier français .

Quatorze nouveaux départements viennent ainsi s'ajouter aux 28 déjà placés en zone rouge depuis quelques semaines, confirmant la circulation active du virus dans le .

L'évolution de la situation épidémiologique  » fait apparaitre une dégradation manifeste. Le virus circule de plus en plus en  », a dit M. Castex. Le classement en zone rouge permet ainsi aux autorités locales de déclencher des mesures supplémentaires de réduction des risques (port du masque, interdiction de rassemblements etc).

LIRE AUSSI : France/COVID-19 : dépistage obligatoire pour les voyageurs revenant des 16 pays classés rouges

Le conseil de défense a également pris deux décisions pour améliorer la surveillance épidémiologique. Il s'agit de recruter 2.000 agents supplémentaires au sein de l'assurance maladie et des agences régionales de santé pour réaliser le traçage des cas contacts, et de ramener la durée d'isolement de 14 à 7 jours, correspondant à  » la durée pendant laquelle il y a un véritable risque de contagion », a expliqué le .

L'autre mesure prise par le conseil de défense est liée à la politique de dépistage massive afin de casser les chaînes de contamination.

« Nous réalisons actuellement plus d'un millions de tests par semaine. Cette très forte augmentation du nombre de test a cependant entrainé des temps d'attente trop importants », a constaté M. Castex.

Le Conseil de défense a alors décidé de « dédier » un circuit de dépistage aux personne prioritaires que sont les personnes symptomatiques, les cas contacts et les soignants. Les laboratoires réserveront à ces personnes prioritaires, certains créneaux horaires, et veillerons là où il y a des besoins, à installer des tentes de dépistages qui leur seront és, a annoncé le chef du gouvernement français.

M. Castex a indiqué que le virus n'a pas baissé en intensité, avec une proportion toujours aussi élevée de personnes âgées. Le taux d'incidence est monté à 72 cas pour 100.000 habitants contre 57, il y a une semaine. Et le pourcentage des cas positifs ne cesse d'augmenter, a-t-il rappelé.

Autre élément qui suscite l'inquiétude du Premier ministre : le nombre de patients hospitalisés. « Pour la première fois depuis de longues semaines nous constatons une augmentation sensible de personnes hospitalisées », a dit M. Castex.

Face à cette recrudescence de l'épidémie, la stratégie du gouvernement n'a pas varié. Le Premier ministre a appelé à une application scrupuleuse des gestes barrières, au respect des règles de distanciation physique et au port du masque.

Selon le dernier bilan épidémiologique, la France a signalé 9.843 nouveaux cas et 352 nouvelles hospitalisations en 24h, soit un total de 5.096 hospitalisations, et 54 admissions en réanimation en 24h, soit un total de 615 patients en réanimation.

Written by Franck Irié

Hamed Bakayoko dans Le Figaro : « Le président Ouattara est un homme de parole »

Simone Gbagbo à Bonoua : « On est fier de vous…le modèle à suivre »