Anne Désirée Ouloto : « L’alternance n’est pas une priorité pour le RHDP » (2è partie)

Deuxième et dernière partie de l’interview d’ à nos confrères du journal Le Patriote le 5 avril 2018 en prélude à la tribune les « Jeudis du  ».

Hormis les actions du gouvernement, les grandes questions  qui cristallisent le débat politique pourront-elles être débattues au cours des différentes éditions des « Jeudis du RHDP » ?

Il faut d’abord savoir que l’action gouvernementale couvre toute sorte de thématique, qu’elle soit sociale, culturelle, économique, diplomatique, politique, religieuse. L’action du gouvernement, c’est tout cela. Quel est le thème qui ne peut pas être débattu au cours de cette tribune ? Il s’agira simplement d’organiser les conférences à travers les thématiques pour rester dans cette dynamique de proximité et avoir une approche participative.  Pour prendre en compte les opinions et les préoccupations des Ivoiriens et des Houphouétistes, nous avons décidé d’avoir des canaux de relais entre les citoyens et nous. Nous aurons un blog à partir duquel les citoyens pourront réagir. Une adresse email leur sera également remise et elle pourrait recevoir leurs préoccupations et suggestions. Des numéros de téléphone seront aussi mis à leur disposition. Ils pourront nous appeler ou nous écrire simplement. Donc l’idée, c’est de faire en sorte que les thèmes débattus au cours de cette tribune répondent aux attentes de nos concitoyens. S’il y a des sujets de l’heure qui méritent d’être débattus au cours de cette tribune, pourquoi pas ? On peut parler  de l’Eurobond, de la stabilité de notre pays, de l’émergence. On pourra aussi parler du phénomène d’enlèvements de nos enfants, de la drogue. Bref, on peut parler de tout ce qui concerne les Ivoiriens. Le plus important, c’est qu’ils sachent comment le gouvernement adresse ces questions. Quelles sont les réponses et les impacts positifs sur la vie de la nation. Cette tribune, c’est vraiment une école, une invite au dialogue, à revoir notre mode de fonctionnement, à faire un retour à nos fondamentaux, c’est-à-dire le dialogue.

Lire aussi la première partie de l’interview d’Anne Désirée Ouloto

Comme on le dit, la mauvaise foi est la chose la mieux partagée. Je ne vais pas descendre à ce niveau. Ce que je peux dire, c’est que le a créé cette tribune et la met à la disposition des cadres du RHDP, qui en sont tous très heureux.

Une partie de la presse fait état du boycott de cette tribune par le -RDA…

Comme on le dit, la mauvaise foi est la chose la mieux partagée. Je ne vais pas descendre à ce niveau. Ce que je peux dire, c’est que le RDR a créé cette tribune et la met à la disposition des cadres du RHDP, qui en sont tous très heureux.

Le Premier ministre Ahoussou Jeannot, vice-président du PDCI, a co-présidé la cérémonie de lancement avec la secrétaire générale du RDR. Le ministre Mabri, président de l’UDPCI, a co-patronné  la cérémonie avec Madame Henriette Dagri Diabaté, présidente du RDR. Le président du PIT était présent dans la salle, l’UPCI était représentée par d’honorables membres de cette formation politique. Le MFA était aussi fortement représentée. Que dois-je dire pour indiquer à l’opinion que le PDCI ne veut pas, ne compte même pas et n’a même pas intérêt à boycotter cette tribune. Ecoutez, vous verrez tous les cadres de premier ordre de nos différents partis membres du RHDP réunis comme un seul homme pour défendre à cette tribune l’action gouvernementale et partager  l’impact de cette action sur les Ivoiriens. D’ailleurs,  dans une même dynamique, regardez comment le RHDP a fait une razzia lors des Sénatoriales (du 24 mars). Ce qui veut dire que nous sommes cohérents.  Et il n’en est rien du tout. Pas de boycott. Tous ensemble autour de ces valeurs de l’houphouétisme, avec comme base le dialogue.

Cette tribune intervient après plus de six années d’exercice du pouvoir. N’est-il pas trop tard pour bien faire ?

Il n’est jamais trop tard pour bien faire. A chaque conquête, son histoire. Aujourd’hui, nous considérons que dans la marche de notre pays vers un développement durable, vers l’émergence, etc. nous  avons considéré après analyse qu’il était important de faire la promotion de nos valeurs. Et c’est à travers cette tribune que nous allons faire la promotion du dialogue, de la concertation, du partage de l’information, de la redevabilité. Le gouvernement est au travail et au service de la Nation. Cette tribune arrive à point nommé.

Si les Ivoiriens, les militants du RHDP le souhaitent, l’alternance sera débattue. Mais, je ne crois pas que ce soit aujourd’hui la priorité pour le RHDP

La question sur l’alternance (en 2020) qui alimente le débat politique, sera-t-elle évoquée au cours de cette première édition de cette tribune ?

Je ne le crois pas puisque le thème n’a pas de lien avec cette alternance. Le thème au contraire nous dit que les Houphouétistes sont déterminés à aller ensemble et pour faire le point de leur parcours depuis l’accession au pouvoir d’Etat. Sept ans après, où en sommes-nous ? Où le RHDP conduit-il la Côte d’Ivoire ? C’est de cela qu’il s’agit. Pour les autres éditions, si les Ivoiriens, les militants du RHDP le souhaitent, l’alternance sera débattue. Mais, je ne crois pas que ce soit aujourd’hui la priorité pour le RHDP. Notre priorité aujourd’hui, c’est  la stabilité du pays ; c’est répondre aux préoccupations des Ivoiriens ; c’est bien conduire le navire Ivoire vers l’émergence. Nous n’entrerons pas dans de petits débats qui nous retardent.  J’exhorte tous les militants du RHDP à se tourner en toute responsabilité  résolument vers l’avenir  et à comprendre que c’est d’abord pour les Ivoiriens que nous sommes à la tâche.

Lire aussi : Le RHDP joue sa survie

Pour finir, quel est votre regard sur les récentes élections sénatoriales ?

Je voudrais d’abord féliciter tous les candidats élus, notre futur parti le RHDP et dire combien je suis fière d’appartenir au RHDP. Ce grand mouvement aujourd’hui sera demain ce parti fort qui continuera de conduire la destinée de la Côte d’Ivoire, en cultivant des valeurs de fraternité, de rassemblement, de dialogue. Feu le président Félix Houphouët-Boigny était le père de la Nation. Il a bâti cette Côte d’Ivoire avec des fondamentaux, qui ont été malheureusement foulés aux pieds galvaudés et on a vu les conséquences. Il faut rappeler tout cela aux Ivoiriens et leur dire que tant que nous cultiverons toujours ces valeurs, nous resterons toujours unis. Pour moi, les sénatoriales sont un rappel à l’ordre pour dire que c’est ensemble que nous devons continuer cette marche en avant, vers une Côte d’Ivoire forte, rassemblée, stable et démocratique. La démocratie, c’est aussi les débats d’idées, la contradiction. La démocratie, c’est également la vérité et la justice. Alors, venons participer à ce grand rendez-vous du RHDP  « Les jeudis du RHDP »  pour dire aux Ivoiriens que c’est d’abord eux, c’est toujours eux.

Réalisée par JC Coulibaly