Kajeem après sa démission : « Le Burida vit une situation ubuesque »

Kajeem

Après la démission de du conseil d’administration du (Bureau ivoirien des droits d’auteur), le 24 septembre 2018, l’artiste a écrit sur sa page Facebook que sa décision est due à la situation peu confortable que vit le en ce moment.

« Il me fallait prendre mes distances avec la situation ubuesque que vit cette maison depuis un bout de temps », a-t-il écrit. Avant lui, Fadal Dey n’avait pas été tendre dans les critiques à l’endroit d’Irène Vieira, directrice générale du Burida sur sa page Facebook.

Il s’est accentué notamment sur les conditions ‘’douteuses  » dans lesquelles elle a été nommée et la modique somme que les artistes reçoivent du Burida. Pour Fadal Dey, les conditions dans lesquelles Irène Vieira a été nommée, souffrent de nombreux doutes.

A lire aussi. Legen Quauphy revient sur la scène, avec le Goly Kpakpa (Goly originel)

Concernant les revenus des artistes, le reggaeman a déclaré avoir reçu sur son compte 34 980 FCFA comme droit d’auteur. Il a exprimé sa colère en ces termes : « SE Alassane Ouattara s’est battu pour que le Smig ne soit pas en dessous de 60 0 00 FCFA minimums. Je suis donc convaincu que même le vigile du BURIDA ne touche pas en dessous du Smig par mois. Tandis que moi, un artiste en activité dont les œuvres sont exploitées sur toute l’étendue du territoire national n’a droit à son salaire que tous les trois mois.

« SE Alassane Ouattara s’est battu pour que le Smig ne soit pas en dessous de 60 0 00 FCFA minimums. Je suis donc convaincu que même le vigile du BURIDA ne touche pas en dessous du Smig par mois. »

Pendant ce temps des voix se lèvent et non des moindres pour dire haut et fort que la DG donne 14 000 000 FCFA tous les trois mois au ministre de la culture dans l’argent des artistes». Irène Vieira a été nommée directeur général du BURIDA de 2004 à 2005. Ensuite, l’équipe de et respectivement Directeur général et président du conseil d’administration (PCA) a siégé jusqu’en avril 2011.

La phase intérimaire ayant atteint ses 90 jours d’exécution, le ministre prend alors la décision de renommer Irène Vieira à la tête de la maison des artistes en septembre 2011. Cependant depuis sa prise de fonctions, de nombreux sociétaires montent au créneau pour dénoncer sa gestion qu’ils trouvent très peu scrupuleuse.

Ce sont notamment , Kajeem et (le dernier s’est rétracté après une rencontre avec Maurice Bandaman, ministre de la Culture) pour ne citer que ceux-là.

Roxane Ouattara

34 980 FCFA de droits d’auteur de Fadal Dey : « Un plan a été mis en place pour voler les artistes »

Personnalités liées avec l’article