Kyria Doukoure réagit à la candidature de Bédié : « j’aurais préféré Billon, Thierry Tanoh, Yasmina, Thiam… pour défendre les couleurs du PDCI »

La cyberactiviste, Kyria Doukoure, s'est prononcée, sur la candidature de Bédié, candidat à l'investiture du PDCI à la présidentielle.

J'aurais préféré une candidature de , Tanoh, Yasmina Ouegnin, et même pour défendre les couleurs du PDCI à la de 2020. J'aurais préféré un rafraîchissement du personnel politique ! L'avènement d'une nouvelle génération pour impulser une nouvelle dynamique. Ce vent de renouveau aurait fait du bien et au parti et à la Côte d'Ivoire.

Malheureusement Ouattara et son régime en ont décidé autrement !

En refusant d'ouvrir le jeu démocratique, ils ont changé l'enjeu du scrutin et contraint les forces en présence à se replier sur la conservation des acquis en lieu et place du saut dans le renouveau.

Disons les choses clairement ! Quel est l'état de la démocratie aujourd'hui dans notre pays ? La liberté d'expression est embastillée. La répression s'abat sur les militants de l'opposition tandis que les narco-militants du parti au pouvoir jouissent d'une impunité révoltante. Les médias d'état son privatisés.

La Commission Électorale Indépendante () en charge des élections est une caisse de résonnance du . Sinon qu'est ce qui peut expliquer que le PDCI RDA et le ne soient pas présents dans cette institution ?

Que dire de l'armée ? Les valeureux soldats sont réduits à des taches administratives tandis des illettrés et des ignares sont aux postes de commandement. Plus on démontre son attachement au cartel de Cali et plus l'on gravi les échelons.

LIRE AUSSI: Comment le faux complot de coup d'Etat a-t-il été conçu contre Soro ?

La justice sociale est une chimère.

Dans notre pays actuellement, s'engager en politique et surtout auprès de l'opposition, c'est mettre en péril sa vie et sa liberté, accepter d'être constamment sur le qui-vive. Dans un tel contexte, l'enjeu de la présidentielle change immédiatement. Au lieu que le vote soit la conséquence de l'adhésion à un projet social, il devient plutôt le rejet d'un politique. Et celle du RDR dans le cas qui nous concerne. Il ne s'agit plus de voter POUR mais de voter CONTRE. Et le peuple doit voter contre la Côte d'Ivoire que veut lui imposer le RDR.

En refusant d'ouvrir le jeu démocratique par des œuvres dilatoires, le RDR a contraint le PDCI RDA et bientôt tous les autres partis à se réfugier derrière leur leader naturel. Faisons juste un tour d'horizon pour constater que tous ceux qui sont susceptibles de gagner en 2020 ont été plus ou moins éliminés par le régime. est aujourd'hui contraint à l'exil tandis que l'ex-président Gbagbo est empêché par tous les moyens de regagner son pays. Quand il gagne son procès à la , on lui colle des peines de prison fallacieuses en Côte d'Ivoire. On lui refuse même le renouvèlement de son passeport.

LIRE AUSSI: Innocent Yao à Ouattara: « ces anciens du PDCI qui ont rejoint le RHDP ne pèsent rien, ils vous ont menti »

En 2020, le choix est très simple : si vous pensez que le RDR se montre digne de vos aspirations démocratiques, votez pour son candidat mais si vous voulez d'une autre Côte d'Ivoire où la politique ne rime pas avec exil et prison, votez contre le RDR. Ils ont sapé les fondements de notre pays. Ils ont érigé le mensonge et la mauvaise foi en doctrines. Ils ont déifié les détournements de deniers publics et la dépravation de notre jeunesse. Ils ont caporalisé les marchés publics et accentué les clivages ethniques et religieux. En un mot, comme des mercenaires étrangers combattant dans un pays qui pas n'est le leur, ils ont pratiqué la politique de la terre brulée.

Dans ce pays, on doit pouvoir faire de la politique sans craindre pour sa vie. Que l'on soit RDR, FPI, PDCI RDA, , , nous devons pouvoir jouir de notre liberté d'expression. C'est au nom de cette liberté que Marie Koré et les militantes du PDCI RDA ont marché sur la prison de Grand- du 22 au 24 décembre 1949. C'est l'acte fondateur de notre envol vers la liberté. Ne laissons pas le RDR nous couper les ailes.

Pour ces raisons et bien d'autres que nous pourrons développer plus tard, j'apporte mon soutien de principe au PRÉSIDENT HENRI KONAN BEDIE.

En 1999, il y a eu un coup d'état en Côte d'Ivoire et il faut reconnaitre que les ont applaudi ce coup de force. Après plusieurs décennies de gestion du PDCI RDA, ils avaient envie de découvrir autre chose. Ils espéraient que ce coup d'état ouvre la voie vers un état démocratique. Malheureusement, la violence que nous venions ainsi d'applaudir est montée crescendo au point d'avilir tout le pays. Le complot dit du cheval blanc, la présidentielle violente de 2000, le complot dit de la Mercédès noire, la tentative de coup d'état de 2002, la rébellion et la partition du pays, la présidentielle violente de 2010 sont venus nous rappeler que la violence ne peut être la solution.

LIRE AUSSI: Siandou Fofana critique la candidature de Bédié : « c'est un non-évènement, ce PDCI actuel n'est pas celui d'Houphouët »

En ramenant le président Henri Konan Bedié au pouvoir en octobre 2020, spirituellement, symboliquement, nous refermerons ainsi les portes de la violence politique qui ont été ouvertes en décembre 1999.

Vive le PDCI RDA !
Vive le président Henri Konan Bedié !

Written by Kyria Doukouré

Revue de la presse ivoirienne du 25 juin 2020

Lalla Mimouna

Revue de la presse marocaine du 25 juin 2020